Infos

Médiathèque Municipale de Corbas

Ouvrira à 09:30

5 avenue de Corbetta
69960 Corbas

04.72.51.45.55

Sylvester Stallone

 
Sylvester Stallone. Source: Wikipedia

Michael Sylvester Gardenzio Stallone, dit Sylvester Stallone [sɪlˈvɛstɚ stəˈloʊn] est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain né le à New York, dans le quartier de Hell's Kitchen.

Après avoir commencé dans des petits rôles au début des années 1970, il se révèle au grand public en 1976 dans Rocky où sa prestation lui vaut d'être nommé aux Oscars, aux Golden Globes et aux BAFTA du meilleur acteur et du meilleur scénario original. Ce succès considérable lance sa carrière, engendre une série de huit films rencontrant un important succès critique et commercial, dont le récit narre l'histoire d'un boxeur originaire de Philadelphie. Outre l'incarnation du rôle principal, il y assure régulièrement la réalisation et l'écriture. Son interprétation de Rocky Balboa s'étale sur plus de quarante ans et lui permet de remporter le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle en 2016 ainsi qu'une troisième nomination aux Oscars dans la même catégorie.

En parallèle, il poursuit dans le registre sérieux et dramatique avec des films comme F.I.S.T. (1978), La Taverne de l'enfer (1978), Les Faucons de la nuit (1981) et travaille pour des réalisateurs réputés tels Norman Jewison et John Huston. En 1982, son incarnation d'un soldat traumatisé par la guerre du Viêt Nam dans Rambo lui permet d'obtenir le deuxième rôle le plus emblématique de sa carrière. Le succès du film entraine la production d'une série de quatre suites centrées autour du personnage éponyme. À partir du milieu des années 1980, il s'oriente vers les productions à gros budget : les suites de Rambo, Tango et Cash, Cliffhanger, Demolition Man ou encore la série de films Expendables. Hormis quelques drames tels Copland, les suites de Rocky et plusieurs tentatives dans la comédie, les films d'action deviennent son principal genre d'interprétation.

Il possède depuis 1984 son étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard.

Biographie

Jeunesse

Michael Sylvester Gardenzio Stallone qui est surnommé Sylvester Stallone est né le 6 juillet 1946 dans le quartier de Hell's Kitchen, dans la ville de New York, dans l'État de New York, aux États-Unis. Le père de Sylvester Stallone, Francesco dit « Frank », est né à Gioia del Colle, province de Bari, dans les Pouilles, en Italie, et est arrivé aux États-Unis lorsque ses parents ont émigré dans ce pays en 1932.

Sa mère, Jackie Stallone née Jacqueline Labofish, d'ascendance juive ukrainienne par son père (John Labofish), et française par sa mère (Jeanne Clérec),,, est née aux États-Unis à Washington, D.C.

À la suite de complications survenues à sa naissance en 1946, Sylvester Stallone souffre d’une paralysie faciale du côté gauche (un nerf facial fut touché et abîmé par les forceps). Sa bouche est donc légèrement tordue et sa langue est à moitié paralysée, lui causant alors un défaut de prononciation,.

Durant une interview sur Canal+ (1992) présentée par Michel Denisot, Stallone dit être allé à l'école en Suisse pour apprendre le français.

Débuts

Sylvester Stallone a étudié l'art dramatique à Miami. De retour à New York, il apparaît dans plusieurs pièces off-Broadway. Durant une période de chômage, il se retrouve brièvement sans domicile fixe et tourne un film érotique, The Party at Kitty and Stud's, pour lequel il touche, selon son propre témoignage, un salaire de 200 dollars. Il s'agit de sa première apparition au cinéma. Le film ressort plusieurs années plus tard, après le triomphe de Rocky et pour profiter du succès naissant de l'acteur, sous le titre L'Étalon italien — surnom de Rocky Balboa ; le mot italien « stallone » signifiant par ailleurs « étalon » — accompagné d'une campagne publicitaire qui tente de le faire passer pour un film pornographique. La majeure partie de ses autres rôles le cantonnent dans des apparitions brèves de loubard, comme dans Bananas où il chahute un pauvre Woody Allen. Il fait également quelques apparitions dans des séries télévisées comme Kojak, mais sa carrière tarde à prendre son envol. Au milieu des années 1970, il commence à obtenir des seconds rôles plus importants, comme dans Capone ou dans la série B La Course à la mort de l'an 2000 où il interprète le méchant principal.

C'est durant cette période que Stallone écrit le scénario de Rocky, l'histoire d'un boxeur minable qui se voit offrir la chance de sa vie le jour où le champion du monde de boxe lui propose de l'affronter sur le ring. Son histoire est inspirée d'un combat de boxe auquel il assista en tant que spectateur et qui mit aux prises Mohamed Ali avec un boxeur inconnu, Chuck Wepner. Contre toute attente, ce dernier résista et donna une réplique acharnée au grand champion.

Conscient que le rôle de Rocky Balboa, à l'image du combat contre Apollo Creed pour son personnage, peut faire basculer sa vie, Stallone refuse de vendre son scénario s'il n'obtient pas la garantie de jouer le rôle-titre. Les producteurs firent monter très haut les enchères pour acheter ce script, mais ils voulaient une star confirmée sur l'affiche : dans un premier temps, le rôle fut proposé à James Caan, Robert Redford, Burt Reynolds ou Ryan O'Neal. Les producteurs ne sont guère enthousiastes à l'idée de confier le rôle principal à Stallone, qui n'est alors qu'un acteur de second plan.

La révélation Rocky (années 1970)

C'est finalement en 1976 qu'il obtient gain de cause et que sort Rocky réalisé par John G. Avildsen. Le tournage est un exploit car il fut bouclé en à peine un mois et avec un budget dérisoire. À l'image de son personnage, Stallone se retrouve propulsé sur le devant de la scène, le film connaissant un succès inespéré et décrochant dix propositions pour les Oscars. Stallone devient la troisième personnalité nommée dans les catégories meilleur acteur et meilleur scénario original pour un même film après Charlie Chaplin et Orson Welles,. En définitive, le film remporte 3 Oscars, dont le plus important, celui du meilleur film de l'année. L'histoire universelle de Rocky Balboa, celle des « petits » qui s'affirment et se réalisent à force de courage, mais aussi grâce au coup de pouce du destin - en somme une allégorie du rêve américain - fait naître un mythe du cinéma américain moderne et façonne aussi une dimension hors normes à son interprète.

Stallone retrouvera le personnage de Rocky Balboa à sept reprises, en 1979, 1982, 1985, 1990, 2006, 2015 et 2018. Stallone a écrit tous les scénarios de la saga et a réalisé Rocky 2, Rocky 3, Rocky 4 et le sixième volet, intitulé Rocky Balboa. La série des Rocky présente un parallèle troublant entre la carrière de l'acteur et du boxeur qui s'embourgeoisent tous deux au fil des ans : on quitte le petit « tocard » paumé de Philadelphie pour évoluer vers une superstar accaparée par son image (Rocky 3), voire un fer de lance du patriotisme américain en pleine relance de la guerre froide (Rocky 4 où il affronte un boxeur de l'Union soviétique). La série perd en fraîcheur ce qu'elle gagne en spectacle et aussi en recettes, puisque les épisodes successifs ne cessent d'améliorer les scores du box-office, allant jusqu'aux 300 millions de dollars récoltés dans le monde par le 4e épisode. Seul le 5e volet viendra perturber cette success story, en raison d'un retour aux sources et d'un scénario, axé sur le déclin du boxeur, qui heurtera les fans habitués au triomphe de leur idole.

À la fin des années 1970, Stallone s'essaie à la réalisation avec un autre drame sportif, La Taverne de l'enfer. Sorti en 1978, le film essuie de mauvaises critiques. Peu importe, l'acteur va rencontrer le second personnage iconique de sa carrière.

Confirmation Rambo et cinéma d'action (années 1980)

En 1982, Stallone interprète dans Rambo l'autre rôle qui marquera sa carrière : celui d'un vétéran du Viêt Nam sans domicile fixe qui est pris en grippe par un shérif de province qui ne veut pas voir déambuler dans « sa » ville le symbole d'une Amérique qui a perdu. Stallone reprendra le rôle de John Rambo à quatre autres reprises (1985, 1988, 2008 et 2019). Le personnage de Rambo, que Stallone considère comme son « côté obscur » (Rocky étant son « côté clair »), reprend quelques éléments de la vie de Stallone comme la saga Rocky.

Rambo est vraiment le rôle qui le consacre superstar mondiale du cinéma : son personnage de vétéran guerrier devient une icône et suscite une véritable « Rambomania ». Le personnage et ses exploits sont habilement exploités par le gouvernement Reagan, alors que la guerre froide connaît ses derniers soubresauts. Rambo, surtout avec le deuxième épisode de la trilogie (le premier étant plus ambigu), redonne de la fierté aux Américains qui pansent encore les plaies douloureuses du « bourbier » vietnamien : non seulement Stallone rompt avec un cinéma américain très virulent à l'égard de l'attitude des troupes de l'Oncle Sam pendant la guerre du Viêt Nam (Apocalypse Now, Voyage au bout de l'enfer, Platoon, Full Metal Jacket), mais en plus la trame du film Rambo 2 : La Mission — le héros repère et libère des soldats américains encore détenus dans les geôles vietnamiennes — véhicule l'idée selon laquelle ce nouveau héros américain venge à lui seul un pays déshonoré et gagne une guerre perdue par les bureaucrates.

C'est pour cela que Rambo, et par la même occasion Stallone, deviennent en quelque sorte l'image de l'Amérique fière et patriotique des années 1980 et provoquent de nombreuses réactions de rejet ou de moquerie, très vives en France avec les Nuls et surtout avec Les Guignols de l'info, où la marionnette de Stallone est choisie comme avatar pour représenter les pires travers de l'Amérique au travers du personnage de Monsieur Sylvestre.

En 1983, il surprend avec une seconde réalisation (hors de la saga Rocky), qu'il co-produit et co-écrit également, la comédie musicale Staying Alive, suite du succès mondial ayant révélé John Travolta, La Fièvre du samedi soir. Le film est un flop critique, mais fonctionne commercialement.

Stallone est la superstar des films d'action à cette époque, mais les rôles de Rocky et Rambo ont tellement marqué les esprits et sa carrière que ses autres films de la décennie n'ont pas vraiment marché, même s'il s'est essayé à plusieurs genres : le thriller policier avec Les Faucons de la nuit, le film de guerre avec À nous la victoire (1981), la comédie musicale avec Le Vainqueur (Rhinestone, 1984), la comédie policière avec Tango et Cash (1989) ou encore le film carcéral avec Haute Sécurité (1989), sans oublier le film d'action policier avec Cobra (1986) (le public et la critique ont cependant tendance à rattacher la plupart de ces films au terme générique « film d'action », ce qui explique en partie pourquoi Stallone a souvent été accusé de faire toujours le même type de film).

Diversification et échecs (années 1990)

Dans les années 1990, Stallone laisse derrière lui les personnages de Rocky et de Rambo. Voulant s'arracher au carcan de ces deux personnages, il essaye (pour marcher sur les traces de son rival et ami Arnold Schwarzenegger mais sans succès) de percer dans la comédie, avec L'embrouille est dans le sac et Arrête ou ma mère va tirer ! Sa cote chute et Stallone traverse une première période de vaches maigres. C'est son ami, mais concurrent de toujours, Schwarzenegger, qui devient la star du box-office, mais à cette époque également émerge une nouvelle génération de héros d'actions (Steven Seagal, Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis) qui renouvellent le genre et marchent sur ses plates-bandes.

Ayant retenu la leçon de ses échecs, il décide alors de revenir au cinéma d'action, avec des fortunes diverses : il joue ainsi dans des films comme Cliffhanger : Traque au sommet, Demolition Man et L'Expert qui sont de vrais succès, alors que Judge Dredd, Assassins ou encore Daylight sont de nouvelles déceptions au box-office américain. Mais ses films continuent à remporter un certain succès à l'étranger comme le film Daylight qui a réalisé plus de 126 millions de $.

Ces dernières années, le rôle qui a le plus marqué la critique lui a été offert par James Mangold en 1997, avec Copland. Il y incarne le shérif Freddy Heflin, fatigué et bedonnant, d'une petite ville de policiers tenue par la mafia. Il prend 20 kilos pour ce rôle et étonne de nombreux observateurs. Stallone prouve en effet qu'il n'est pas un simple paquet de muscles, mais un véritable acteur. Salué par de nombreux amateurs, le film n'est pas suivi par le grand public qui semble avoir du mal à accepter Stallone dans un rôle d'homme « faible », ne mettant pas en valeur ses prouesses physiques. Cette expérience n'a donc pas de suite.

Traversée du désert puis come-back (années 2000)

Après le simple succès d'estime de Copland, Sylvester Stallone, qui a franchi la barre des 50 ans, traverse, durant la première moitié des années 2000, une période peu fructueuse : Driven et Get Carter, nouveaux films d'action grand public tous deux sortis en 2001, sont de sévères échecs commerciaux. D-Tox (2002) ne connaît qu'une sortie tardive et limitée aux États-Unis.

En 2004, il présente sur NBC une émission de télé-réalité The Contender dans laquelle on voit le quotidien de boxeurs qui se battent pour devenir le meilleur d'entre eux. En France, l'émission fut diffusée par Canal+ et W9. Stallone n'a visiblement plus de projets et doit se contenter d'apparitions clin-d'œil dans des séries télévisées comme Las Vegas ou des films tels que Taxi 3 et Spy Kids 3. En 2005, il fit entrer Hulk Hogan au WWE Hall of Fame.

Après de longues années passées à essayer de convaincre les producteurs, Stallone revient sur le devant de la scène en 2006, avec le sixième volet de Rocky. Le projet semble fou, car pour beaucoup, Stallone est trop vieux pour incarner le rôle du boxeur et l'acteur n'échappe pas aux railleries. Néanmoins, il s'accroche à son projet, comprenant que le personnage lui colle à la peau et que le public apprécie de le voir dans ce rôle.

Rocky Balboa, axé sur la nostalgie et le retour aux valeurs du tout premier épisode permet finalement à Stallone de renouer avec le succès critique et les premières places du box office. Après le retour bien accueilli de Rocky, Stallone tente la résurrection de l'autre rôle de sa vie, John Rambo. Il s'agit là du quatrième film de cette saga et il le nomme - à l'image de son dernier Rocky - simplement par le nom du personnage : John Rambo. Le film présente une intrigue proche de celle de Rambo 2, mais revient également à la source du personnage découvert dans le premier opus, le film se situe entre la dénonciation du génocide du peuple karen par la junte birmane et la réflexion de John Rambo sur son passé de guerrier et fait preuve d'une violence totalement assumée.

Il continue à s'offrir des succès comme réalisateur/producteur avec le projet Expendables : Unité spéciale. Il raconte l'histoire d'une bande de mercenaires envoyés sur une île d'Amérique du Sud pour y déloger un dictateur, incarné par David Zayas. Le tournage de ce film d'action réunissant toutes les stars du cinéma d'action hollywoodien démarre au mois d'avril 2009 au Brésil. Stallone tient le rôle principal, avec à ses côtés Jason Statham, Jet Li, Charisma Carpenter, Dolph Lundgren qui fait son retour avec Stallone après avoir été remarqué dans Rocky IV, Randy Couture (Champion de MMA), Stone Cold Steve Austin, Eric Roberts, Mickey Rourke et une courte apparition d'Arnold Schwarzenegger et de Bruce Willis. Le film, sorti le 13 août 2010 aux États-Unis et le 18 août en France, est un immense succès international au box-office, malgré les critiques, et relance Sylvester Stallone dans le cinéma d'action à 64 ans.

Retour comme acteur/producteur (années 2010)

En 2012, il reprend son rôle dans Expendables 2 : Unité spéciale mais la réalisation est confiée au faiseur Simon West. Le film tourné en grande partie en Bulgarie accueille quelques nouveaux acteurs tels que Chuck Norris, Scott Adkins et surtout Jean-Claude Van Damme qui incarne l'antagoniste principal. Pour cette suite, les personnages d'Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis prennent plus d'importance. Le film sort le 22 août 2012 en France. Le troisième volet Expendables 3, avec comme nouveaux acteurs Harrison Ford, Antonio Banderas, Wesley Snipes ou encore Mel Gibson mais cette fois sans Bruce Willis, conclut la trilogie avec succès en août 2014.

Parallèlement, Stallone tient les premiers rôles de différents projets, situés dans un registre musclé, aux fortunes plus diverses : en 2012, dans le thriller d'action Du plomb dans la tête, il incarne un tueur à gages forcé à faire équipe avec un flic (Sung Kang) pour retrouver l'assassin de leurs équipiers respectifs.

L'année suivante est placée sous le sceau des rencontres avec des monstres sacrés : il partage d'abord l'affiche du thriller d'action Évasion avec Arnold Schwarzenegger, également en plein come-back. Le film raconte l'histoire d'un concepteur de prisons les plus sûres en matière de sécurité qui sera lui-même enlevé et emprisonné. Puis le drame sportif Match Retour lui permet de retrouver un autre vétéran d'Hollywood, Robert De Niro, qu'il avait déjà croisé dans Copland.

En 2014, il surprend en figurant au casting choral de la comédie dramatique indépendante Bad Luck, écrite et réalisée par John Herzfeld. Cette part sensible de son répertoire d'acteur, l'acteur va la mobiliser pour un projet inattendu, Creed : L'Héritage de Rocky Balboa, un spin-off de Rocky, centré sur le fils d'Apollo Creed, incarné par le jeune Michael B. Jordan. Écrit et réalisé par Ryan Coogler, le film permet à Stallone de jouer un Rocky Balboa retraité, désormais dans un rôle de mentor. Sa performance lui vaut le Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle et une nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur acteur dans un second rôle. Il avait déjà été nommé pour le même rôle en 1977 aux Golden Globes et aux Oscars.

En 2018, il est à l'affiche de deux suites : tout d'abord Évasion 2 : Le Labyrinthe d'Hadès, où Schwarzenegger est remplacé par Dave Bautista - un flop critique et commercial en salles qui n'empêche pas la mise en chantier d'un troisième opus, mis en scène par son partenaire de Cobra, John Herzfeld. Enfin, il est une dernière fois Rocky Balboa pour Creed 2.

Pour ces adieux au rôle qui l'a rendu célèbre, tenu durant huit longs-métrages, Stallone retrouve Ivan Drago, incarné par Dolph Lundgren dans Rocky 4. D'abord annoncé comme réalisateur, Stallone cède finalement sa place au jeune cinéaste Steven Caple Jr..

En 2019, il fait ses adieux à son autre personnage récurrent, John Rambo, dans Rambo: Last Blood, réalisé par Adrian Grunberg, est co-écrit par Stallone.

Engagements

Il soutient le candidat républicain John McCain lors de l'élection présidentielle de 2008. Après la victoire de Donald Trump lors de celle de 2016, ce dernier lui propose la présidence du National Endowment for the Arts mais il décline l'offre.

Vie privée

  • décembre 1974-février 1985 : il est marié avec Sasha Czack avec qui il aura deux fils, Sage Moonblood (1976-2012) et Seargeoh (1979). Seargeoh est autiste.
  • décembre 1985-juillet 1987 : il est marié à l'actrice et mannequin Brigitte Nielsen, qui joue la partenaire de Drago, dans Rocky 4.
  • mai 1997 : il épouse l'ancien mannequin Jennifer Flavin (en). Ils ont trois filles ensemble : Sophia Rose (1996), Sistine Rose (1998) et Scarlet Rose (2002).

Le 13 juillet 2012, Sage Stallone, alors âgé de 36 ans, est retrouvé mort dans sa maison d'Hollywood. La cause serait une défaillance cardiaque (athérosclérose coronaire). Lors de l'autopsie, aucune trace de drogue n'a été retrouvée dans son organisme excepté du Vicodin, un analgésique morphinique. Sage Stallone est inhumé au cimetière Westwood Memorial Park de Los Angeles.

En janvier 2013, le New York Post écrit que l'acteur aurait, dans son adolescence, abusé de sa demi-sœur Toni-Ann Filiti. Ayant menacé en 1987 de révéler cette histoire, elle aurait reçu de l'acteur 2 millions de dollars, une rente de 16 666 dollars par mois à vie et des frais de suivi psychiatrique de 50 000 dollars. Le fils de Toni-Ann Filiti affirme que sa mère lui aurait confirmé les faits sur son lit de mort. L'entourage de Sylvester Stallone prend la défense de ce dernier et soutient qu'il n'aurait versé de l'argent à sa sœur que par générosité. Selon leur mère Jacqueline Stallone, sa fille aurait tout inventé afin de faire chanter son fils pour de l'argent.

En février 2016, le journal The Baltimore Post-Examiner publie un article selon lequel Sylvester Stallone aurait en 1986, et en compagnie de son garde du corps, abusé sexuellement d'une adolescente de 16 ans. Le journal s'appuie sur un rapport de police datant de la même année, et sur les déclarations de la victime présumée. En novembre de l'année suivante, dans le contexte de l'affaire Harvey Weinstein, le quotidien britannique Daily Mail reprend les informations du Baltimore Post-Examiner. L'acteur réagit alors en niant catégoriquement, et en soulignant qu'il n'a jamais été interrogé par les autorités. Brigitte Nielsen, épouse de Sylvester Stallone à l'époque, intervient pour contester ces accusations. En décembre 2017, il est visé par une nouvelle plainte pour agression sexuelle, bien que la période prévue par la prescription soit écoulée. Pour l'avocat de l'acteur, « il est évident que cette femme a déposé cette plainte pour se faire de la publicité dans les médias ».

Filmographie

Acteur

Cinéma

Années 1960 et 1970
Années 1980
Années 1990
Années 2000
Années 2010

Télévision

Doublage de jeu vidéo

  • 2014 : Rambo: The Video Game : John Rambo

Réalisateur

Scénariste

Producteur

Cinéma

Télévision

  • 1985 : Heart of a Champion: The Ray Mancini Story de Richard Michaels (téléfilm)
  • 2016 : Strong (série télévisée)

Distinctions

Récompenses

Nominations

    • Razzie Award

Sylvester Stallone a, à partir des années 1980, été régulièrement pris pour cible par les Razzie Awards. Il est devenu avec le temps l'une de leurs cibles favorites, et a reçu 10 Razzie Awards et 30 propositions, ce qui constitue un record pour cette manifestation parodique. Les Razzies l'ont proclamé en 1990 pire acteur des années 1980 et en 2000 pire acteur du siècle. En 2016 par contre il reçoit le Razzie Award de la rédemption, qui célèbre le retour en grâce d'un lauréat des Razzies.

Voix francophones

En version française, Alain Dorval, est la voix régulière de Sylvester Stallone depuis Rocky en 1976. Il double l'acteur notamment dans les sagas Rocky, Rambo et Expendables.

Durant une période, Richard Darbois l'a doublé à huit reprises,. Il a doublé l'acteur notamment dans Tango et Cash, Demolition Man, Copland et Driven. Michel Vigné le double aussi dans le film Haute Sécurité et la série Dream On. Il le double aussi dans Gremlins 2 : La Nouvelle Génération au moment où un extrait de Rambo 2 : La Mission est diffusé.

À titre exceptionnel, il a aussi été doublé par Laurent Hilling dans L'Étalon italien, Pierre Arditi dans la première version de Rebel (la seconde version du film ayant été redoublée en 1980 par Alain Dorval), Dominique Collignon-Maurin dans Les Mains dans les poches, Jean-Pierre Leroux dans Capone, Bernard Murat dans La Course à la mort de l'an 2000, Olivier Destrez dans la série Kojak, Gérard Dessalles dans la série The Muppet Show, Patrick Floersheim dans la version VHS du Vainqueur et Thierry Mercier dans la série This Is Us.

En version québécoise, Pierre Chagnon est la voix de Sylvester Stallone dans presque tous ses films. Il le double notamment dans Cliffhanger : Traque au sommet, Judge Dredd, Rocky Balboa et la saga Expendables.

À titre exceptionnel, il a aussi été doublé par Dominique Briand dans Tango et Cash.

Versions françaises
  • Alain Dorval dans Rocky, Rambo, Expendables, Cliffhanger : Traque au sommet, Judge Dredd,etc.
  • Richard Darbois dans Tango et Cash, Demolition Man, Copland, Driven,etc.
  • Michel Vigné dans Haute Sécurité, Dream Onetc.
Versions québécoises
Note : La liste indique les titres québécois.
  • Pierre Chagnon dans La Falaise de la mort, Juge Dredd, Rocky Balboa et la saga Les Sacrifiésetc.

Notes

Références

Voir aussi

Bibliographie

  • Colloque Sylvester & Stallone (2012 ; Caen), Traité de sémiotique abusive : le héros, super vecteur de sens : actes du Colloque Sylvester & Stallone, La Fermeture éclair, Caen, du 6 au 24 juillet 2012, [Caen], [Amavada], [2012], 106 p.
  • David Da Silva, Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière, La Madeleine, LettMotif, 2016, 176 p.
  • Christophe L. et Guy Braucourt, Sylvester Stallone, Paris, PAC, 1985, 127 p.
  • William Laurent, Sylvester Stallone, Saint-Cloud, SIPE, 1995, 127 p.
  • Mohamed Mamou, Sylvester Stallone : une revanche sur la vie, Transparence, 1995, 240 p.

Liens externes

  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Brockhaus Enzyklopädie • Encyclopædia Britannica • Encyclopédie Treccani • Gran Enciclopèdia Catalana • Munzinger Archiv
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • (en) AllMovie
    • (en) BFI Filmography
    • (en) British Film Institute
    • (en) Internet Movie Database
    • (en) Metacritic
    • (en) Rotten Tomatoes
  • (en) Site officiel
  • Portail du cinéma américain
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de New York

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Sylvester Stallone de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés