Infos

Médiathèque Municipale de Corbas

Ouvrira à 09:00

5 avenue de Corbetta
69960 Corbas

04.72.51.45.55

Nicolas Bedos

 
Nicolas Bedos. Source: Wikipedia

Nicolas Bedos, né le à Neuilly-sur-Seine, est un dramaturge, metteur en scène, scénariste, réalisateur, acteur et humoriste français.

Fils de l'humoriste Guy Bedos, il se fait connaître à partir de 2004 dans le milieu du théâtre en écrivant quatre pièces. Auteur de plusieurs livres à succès, il écrit également un certain nombre de scénarios pour la télévision.

Après un passage à la radio sur Ouï FM, il tient une chronique humoristique intitulée La Semaine Mythomane dans l'émission Semaine critique ! de Franz-Olivier Giesbert à la rentrée 2010, puis intègre On n'est pas couché de Laurent Ruquier en 2013.

En 2017, son premier film en tant que réalisateur, Monsieur et Madame Adelman, sort dans les salles, film pour lequel il est également le co-scénariste et l'acteur principal. Son deuxième film, La Belle Époque sortira en 2019.

Biographie

Jeunesse et vie privée

Né le à Neuilly-sur-Seine, Nicolas Bedos est le fils de Guy Bedos, humoriste, acteur, artiste de music-hall et scénariste français, pied-noir d'ascendance espagnole ; père de deux filles issues de mariages précédents. Sa mère, Joëlle Bercot, est une ancienne danseuse classique et mannequin d'ascendance bretonne. Très discrète dans les médias, cette dernière n'y apparaît qu'à de rares occasions. Ses parents se sont mariés en 1978 et ont un écart d'âge significatif.

Il a une sœur cadette, Victoria (née en 1984), femme de lettres, comédienne et chanteuse ; ils sont élevés dans un milieu aisé habitant dans les villes de Vaucresson, Garches et Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine. Sa marraine est l'avocate et militante féministe Gisèle Halimi et son parrain est l'homme de lettres Jean-Loup Dabadie,. Durant son enfance, il déclare avoir « sauté sur les genoux » de Françoise Sagan et de Barbara, et croisé dans le salon familial Serge Gainsbourg et Pierre Desproges.

Durant sa scolarité, Nicolas Bedos est élève à l'école internationale bilingue puis au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine et arrête l'école très vite où il est qualifié de « glandeur », déclarant que son patronyme n'était pas évident à porter auprès de ses camarades ; il n'a aucun diplôme,. Afin de compenser ses « piètres résultats », il se met au dessin, au piano et à l'écriture. Il signe son premier scénario à 12 ans pour « épater [s]es parents » ; il le juge aujourd'hui « épouvantable ». Durant sa jeunesse et son adolescence, ses lectures sont principalement les ouvrages de Sartre, Maupassant, Camus et Sagan et que son « premier choc » littéraire est La Confession d'un enfant du siècle d'Alfred de Musset,. Étant dissipé et s'ennuyant à l'école, à l'âge de dix ans, il est diagnostiqué surdoué.

En juin 1998, il fait sa première à la télévision en participant à une émission spéciale consacrée à son père Du côté de chez Bedos ; il y joue du piano. S'il révélera à Catherine Ceylac dans son émission Thé ou Café avoir fait une « dépression très très grave » à cause de la drogue et tenté de se suicider à l'âge de 20 ans, il assure aujourd'hui ne plus jamais s'être drogué et avoue s'être servi de l'écriture comme thérapie, pour soigner sa dépression. Il déclare que cette dernière a opéré comme une autodépréciation virant à la haine de soi et qu'elle l'a rendu « totalement exsangue » et « quasi mutique ». Il ajoute qu'il est allé sur « un plateau télé pour surmonter la peur de parler en public ».

De septembre 2005 à début 2008, il entretient une relation avec l'actrice Elsa Zylberstein,. En juin 2008, il partage sa vie avec Helena Noguerra. Il a également été en couple, en 2011, avec l'actrice Pom Klementieff et avec Mathilde Warnier, jeune étudiante en audiovisuel faisant partie du public de l'émission Au Field de la nuit en novembre 2011, où elle avait été interpellée par Nicolas Bedos, ce qui avait donné lieu à un échange humoristique très animé. Il est aujourd'hui le compagnon de l'actrice Doria Tillier.

Ses amis dans le show-biz sont les acteurs Jean Dujardin, Jocelyn Quivrin (aujourd'hui décédé), Mélanie Laurent, Marion Cotillard, Guillaume Canet et Gilles Lellouche, le chanteur Benjamin Biolay, ainsi que les écrivains David Foenkinos et Nicolas Rey.

Carrière

Débuts

Nicolas Bedos est engagé par Alain De Greef, directeur des programmes de Canal+, à l'âge de dix-huit ans comme lecteur et conseiller artistique. Il collabore à l'écriture de divers programmes et réalise On vous rappellera, une série de fictions courtes. Il déclare que c'était une très mauvaise expérience : « J’avais une secrétaire ! Tout le monde pensait que j'étais pistonné ». En 2000, il co-écrit plusieurs sketchs avec son père pour son spectacle d'abord joué à l'Olympia, et en tournée dans toute la France.

En octobre 2002, il participe au pré-générique de l'émission Bedos-Ardisson, on aura tout vu !, un sketch humoristique intitulé Le casting où il revient sur une dispute entre son père et Thierry Ardisson, fâchés pendant une dizaine d'années.

Théâtre

À 24 ans, Nicolas Bedos écrit sa première pièce intitulée Sortie de scène. Elle rassemble les comédiens Guy Bedos, Cyrille Eldin, Jean-Louis Tribes, Élisabeth Margoni et Gabrièle Valensi, et est mise en scène par Daniel Benoin. Sa première représentation a lieu au théâtre national de Nice en , puis après est jouée à partir de janvier 2005, au théâtre Hébertot dans le 17e arrondissement de Paris. Son père y joue le rôle d'un « vieil auteur acariâtre » qui « décide de torpiller son image lisse en publiant des textes où il fustige ses contemporains ». Des disputes ont lieu entre lui et ses gouvernante-secrétaire-infirmière, jusqu'à ce « qu'une jeune nièce bouscule ses certitudes »,. Saluée par la presse, elle est nommée aux Molières 2005 dans la catégorie meilleure pièce de création et Élisabeth Margoni dans celle de la meilleure comédienne dans un second rôle. Cette pièce lui vaut une première exposition médiatique pour son travail ; il est notamment invité dans l'émission Tout le monde en parle de Thierry Ardisson aux côtés de son père.

Ensuite, il écrit Eva une pièce sur « une écrivaine à succès d'une cinquantaine d'années, [qui] est en train de mourir ». Mise en scène par Daniel Colas, elle est jouée, à partir de , au théâtre des Mathurins, où elle rassemble Niels Arestrup, Benjamin Bellecour, Linda Hardy et Brigitte Catillon. Cette dernière sera nommée aux Molières 2007 dans la catégorie la meilleure comédienne dans un second rôle. Malgré des critiques positives,, cette pièce est un échec ; il déclare avoir fait un « bide » qui lui vaudra d'être mis au « placard » pendant une « période très ingrate où tout ce que j'écrivais était refusé »,.

En , il met en scène sa pièce Le Voyage de Victor au théâtre de la Madeleine, avec Macha Méril et Guy Bedos dans les rôles principaux. Elle raconte l'histoire d'un père qui devient amnésique à la suite d'un accident de voiture ; un drame familial sous forme de rapport « parents-enfant, couple qui se déchire et se retrouve ». Les critiques sont partagées, voire majoritairement négatives,,.

Sa quatrième pièce, Promenade de santé, dont il signe également la mise en scène, est jouée à partir de au théâtre de la Pépinière ; une « mythomane nymphomane » qui rencontre dans le jardin d'une clinique psychiatrique un « érotomane bipolaire ». Avec Mélanie Laurent et Jérôme Kircher en têtes d'affiche, leur tandem est salué par la presse ainsi que la pièce,,. La comédienne, pour qui Nicolas Bedos avait spécialement écrit la pièce afin qu'elle monte une première fois sur scène, est nommée aux Molières 2010 dans la catégorie meilleure révélation théâtrale féminine.

Parfois qualifié de « talentueux metteur en scène » ayant des « dons d'écriture », il fait l'objet de « quatre démolissages » de Jérôme Garcin dans l'émission Le Masque et la Plume sur France Inter, et d'Éric Naulleau dans On n'est pas couché en juin 2011, qui lui suggère de travailler ses prochaines pièces « pour qu’elles soient meilleures ». Deux ans plus tard, Aymeric Caron saluera quant à lui l'écriture de Nicolas Bedos et ses « fulgurances littéraires ».

Le 2 juin 2014, Nicolas Bedos présente la 26e cérémonie de la Nuit des Molières, diffusée sur France 2 en deuxième partie de soirée. Après deux ans d'absence à la télévision, elle réunit 1,14 million de téléspectateurs soit 8,2 % de part d'audience ; ce qui est qualifié de « score correct ». L'année suivante, il présente la 27e cérémonie, qui rassemble 1,36 million de téléspectateurs, soit 11,5 % du public. En 2017, il est de retour pour présenter la 29e cérémonie des Molières ; elle réunit 1,09 million de téléspectateurs, soit 10,9 % du public.

Livres et presse écrite

Les premières chroniques de Nicolas Bedos sont publiées dans L'Officiel de la mode à partir de 2009 dans « l'indifférence générale ». Elles s'intitulent « Comment j'ai tué » où il brosse le portrait d'une vedette en « [s]'inventant une passion fatale avec elle »,.

En octobre 2009, deux de ses pièces sont publiées aux éditions Flammarion : Le Voyage de Victor et une inédite intitulée Les Convalescents. Il participe au recueil de nouvelles Disneyland pour « rendre à la littérature ce que Disney lui a emprunté en s'inspirant des contes de Perrault et d'Andersen ». Il est co-écrit avec David Abiker, Simonetta Greggio, Barbara Israël, Ariel Kenig, Thomas Lélu, Tania de Montaigne, Nicolas Rey, Pierre Stasse et sort en novembre 2009 toujours chez Flammarion.

De la rentrée 2011 jusqu'à juin 2013, Nicolas Bedos tient un billet d'humeur dans le magazine Marianne intitulé Le Journal du Mythomane.

En novembre 2011, le Journal d'un mythomane, volume 1 sort aux éditions Robert Laffont. Préfacé par l'écrivain Régis Jauffret, il contient l'ensemble de ses chroniques faites dans les émissions Semaine critique ! et Ouï Love Dimanche, ainsi que celles parues dans L'Officiel de la mode. Selon L'Express, il fait partie des dix meilleures ventes de documents au noël 2011. En octobre 2012, le volume 2, sous-titré Une année particulière, est édité toujours chez Robert Laffont ; il se classe 2e position le mois suivant.

En août 2013, il rejoint le magazine Elle pour y tenir une chronique hebdomadaire.

Après ses deux Journal d'un mythomane qualifiés de « best-sellers », son livre La tête ailleurs sort en octobre 2013. Présenté comme un « mix de chroniques déjà publiées et de morceaux d'intimité inédits », il est dédié à Pom Klementieff, son ancienne petite amie. Il se classe également en 2e position des meilleures ventes de documents le mois suivant sa sortie.

En février 2016, selon Le Canard enchaîné, son portrait sur l'actrice Jennifer Lawrence est censuré dans L'Obs, car « le ton du texte n'aurait pas plu à Dior », marque dont elle est l'égérie.

En juillet 2016, à la suite de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, il publie une lettre ouverte pour rendre hommage aux victimes.

Radio puis télévision

En novembre 2009, il intègre le nouveau programme dominical de Ouï FM, Ouï Love Dimanche, pour « retrouver des potes qui animent une émission ». Présentée par Alexis Trégarot de 18 h à 20 h, c'est un talk-show radiophonique qui passe en revue et « à sa manière », l'actualité politique, culturelle et musicale de la semaine, avec des intervenants comme Thomas Hervé, Benké et Thomas VDB. Nicolas Bedos y tient la chronique La Semaine Mythomane, billet d'humeur d'un « sale gosse nombriliste » qui se conclut par « Pour moi ce fut une semaine de merde, alors imaginez ce que je pense de la vôtre ». Il déclare avoir choisi ce personnage du mythomane pour dire à l'auditeur : « Je sais ce que tu penses de moi. Je vais te le dire et m'en amuser : je suis un gosse de riche, fils d'une vedette, un coureur de jupons ». En juin 2010, pour sa dernière chronique de la saison sur OÜI FM, il annonce qu'il y a « fort à parier que cette émission soit la dernière » car la « télé me drague comme une viande saoule ».

Durant l'année 2009, il signe le scénario et les dialogues du téléfilm Folie douce, réalisé par Josée Dayan, avec notamment Muriel Robin et Jacques Weber. Diffusé sur TF1 le 8 mars 2010, il rassemble 7,4 millions de téléspectateurs, soit 30 % de part de marché, plaçant la chaîne en position de leader sur la soirée. La même année, il écrit Ni reprise, ni échangée, un nouveau téléfilm également réalisé par Josée Dayan pour TF1, dans lequel il tient un rôle secondaire aux côtés des acteurs principaux Muriel Robin et Gilbert Melki. Il réunit 6 371 000 personnes pour 25,3 % de PdM, et se classe également en tête lors de sa diffusion le 27 septembre 2010.

À la rentrée 2010, Nicolas Bedos rejoint l'émission Semaine critique ! présentée par Franz-Olivier Giesbert tous les vendredis soir sur France 2 à partir de 23 h, et co-produite par Rachel Kahn et Marc-Olivier Fogiel. Toujours avec La Semaine Mythomane, il intervient pour la première fois le 3 septembre en présence notamment de Jean d'Ormesson, Alain Minc et Jean-Luc Mélenchon,. Très vite, ses chroniques rencontrent un succès sur internet, ce qui lui vaut d'être désigné meilleur chroniqueur télé 2010 par le supplément TV du journal Le Monde. Rachel Kahn déclare : « il est plus qu’une trouvaille télévisée. Quand j'ai voulu l’engager, on m'a dit qu'il était insupportable. En fait, il a tout, le talent, la poésie, l'humour... ». Parmi ses chroniques, certaines ont suscité des polémiques dans la presse, d'autres des louanges ; notamment celle face à son père en mars 2011 qui est qualifiée « d'irrésistible » et de « délicieux moment », ou celle sur Dominique Strauss-Kahn après l'affaire du Sofitel de New York en mai 2011, comparée par Atlantico à un « véritable festival » avec un Nicolas Bedos à l'humour « toujours aussi décapant ». L'émission s'arrête en mai 2011.

Le 21 juin 2011, son 3e téléfilm scénarisé intitulé Bouquet final, réunissant Jeanne Moreau, Jean-Pierre Marielle et Claude Rich, est diffusé sur France 3. Toujours réalisé par Josée Dayan, il rassemble 3 306 000 téléspectateurs pour 13,6 % de PdM et se classe en 2e position derrière Dr House sur TF1,.

En novembre 2012, alors qu'il fait la promotion de son livre, il refait une Semaine Mythomane dans l'émission Vous trouvez ça normal ?! de Bruce Toussaint sur France 2,. En janvier 2013, il est l'un des acteurs principaux de l'émission à sketchs Le Débarquement diffusée sur Canal+ ; il participe également à son second numéro en décembre 2013.

À partir de septembre 2013, Nicolas Bedos tient une chronique « de manière ponctuelle » dans l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2,. Au sujet de cette intervention « libre » et « gratuite », il déclare : « de temps en temps, je regarde ma casquette de chroniqueur comme un vice personnel. C'est d'ailleurs sûrement pour ça que je refuse d'être payé chez Ruquier : pour me rappeler que ce n'est pas mon vrai métier ». Ces chroniques sont régulièrement relayées dans les médias où il est qualifié d'être « politiquement incorrect » mais « toujours avec intelligence », ou encore de « souvent mordant, parfois de mauvais goût ».

En janvier 2015, il participe à un numéro exceptionnel de l'émission Le Grand Échiquier animée par Frédéric Taddeï, en hommage à Jacques Chancel, présentateur historique de l'émission mort le mois dernier. Nicolas Bedos écrit un texte destiné à Alain Souchon pour lui déclarer sa flamme.

En juin 2015, à l'occasion des dix ans de Salut les Terriens !, Doria Tillier interprète une chanson en hommage à Thierry Ardisson sur une musique de Barbara, écrite par Nicolas Bedos qui l'accompagne au piano.

Cinéma

En mai 2011, lors de la 64e édition du festival de Cannes, Nicolas Bedos est sollicité par Mélanie Laurent pour lui écrire son discours de maîtresse de cérémonie.

Sa première apparition au cinéma, est dans L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder, son premier film en tant que réalisateur. Sorti en janvier 2012, il y joue le rôle d'Antoine, le mari trompé d'Alice (Louise Bourgoin) ; cette dernière le quittera pour Marc Marronnier (Gaspard Proust). Il joue ensuite un autre rôle secondaire dans le film Populaire de Régis Roinsard, sorti en novembre 2012.

Toujours en 2012, il participe au scénario du film à sketchs Les Infidèles, avec dans les rôles principaux Gilles Lellouche et Jean Dujardin. Avec ce dernier, ils écrivent le segment La Question réalisé par Emmanuelle Bercot,, racontant une dispute entre Olivier (Jean Dujardin) et Lisa (Alexandra Lamy) sur le sujet de l'adultère,.

En 2013, il tient son premier rôle principal dans le film Amour et Turbulences d'Alexandre Castagnetti, dont il a réalisé l'adaptation et les dialogues. Aux côtés de Ludivine Sagnier, il y incarne Antoine, un « coureur de jupons » qui tente de reconquérir son ancienne petite amie, dans un avion entre Paris et New York,.

En novembre 2016, le film L'Invitation réalisé par Michaël Cohen, sort dans les salles. Ce dernier y tient avec Nicolas Bedos, l'un des deux rôles principaux. Adapté d'une bande dessinée, ce buddy movie est présenté comme un « hymne à la vie, à l'amour et à l'amitié ».

En 2017, le premier long-métrage réalisé par Nicolas Bedos sort dans les salles, Monsieur et Madame Adelman, co-écrit avec Doria Tillier. Ils interprètent également les deux premiers rôles de ce film qui traite d'un « célèbre écrivain et de sa compagne et muse qui, à la mort de son mentor, se souvient de leurs cinquante années de vie commune ». Nicolas Bedos parle de son film comme étant « le projet le plus important de (sa) vie ». Les critiques sont majoritairement positives et Le Figaro salue un premier film « brillamment écrit, parfois très drôle, et sous-tendu par la belle émotion d'un amour qui traverse le temps ». Il a également créé la bande-originale de son film, dont il a composé la musique avec Philippe Kelly. Le film est nommé aux César 2018 dans la catégorie du meilleur premier film et Doria Tillier pour le César de la meilleure actrice,. Il reçoit également le « prix du public » au City of Lights, City of Angels de 2017, festival du Film Français d'Hollywood à Los Angeles.

En novembre 2019, La Belle Époque dont il est le réalisateur et le scénariste, sortira dans les salles. Il s'agit d'une comédie dramatique réunissant Daniel Auteuil, Guillaume Canet, Doria Tillier, Fanny Ardant, Pierre Arditi et encore Denis Podalydès. Le film est sélectionné « hors compétition » au festival de Cannes 2019 et reçoit une majorité de critiques positives,,.

Selon Le Journal du dimanche, Nicolas Bedos réalisera le troisième volet d'OSS 117 avec Jean Dujardin, prenant la suite de Michel Hazanavicius, qui avait réalisé les deux premiers opus. Sa sortie est prévue pour 2020,.

Image publique

Souvent qualifié de « fils de » et de « bobo de gauche », Nicolas Bedos ne laisse pas l'opinion publique indifférente, étant « adoré » par les uns et « détesté » par les autres,.

Il se reconnaît volontiers comme étant quelqu'un de « difficile » qui énerve « beaucoup de gens ». On lui colle parfois l'étiquette d'une personnalité prétentieuse, mais il affirme pourtant : « Je suis à la fois très fier de ce que je fais et capable de demander dix fois à mon entourage si je ne suis pas une merde, avec la certitude absolue d'en être une », se qualifiant lui-même ainsi : « Je suis un arrogant qui cache beaucoup de flips. Je ne dis pas ça pour me dédouaner d'être antipathique », jugeant notamment la « reconnaissance comme un pansement » à ses angoisses.

Il tient une réputation de fêtard fréquentant régulièrement les soirées mondaines parisiennes notamment le bar-discothèque Le Baron,,. Il a également une réputation de « tombeur » et de « coureur de jupons ». Néanmois, il déclare que « l'étiquette la plus difficile à supporter et la plus absurde qui me soit collée est celle du misogyne et de machiste, de queutard méprisant les femmes. Toute ma vie et mes textes démentent ». À la suite d'une lettre ouverte de Tristane Banon qui l'accusait de toujours se droguer, il répond par : « c'est assez surprenant pour ceux qui sont persuadés que je m'en mets plein le pif, mais je suis bien l'une des personnes qui détestent le plus la cocaïne ».

En octobre 2013, d'après un sondage du magazine Voici par Harris Interactive, il est à la 14e place des personnalités les « plus détestées des Français » avec 25 % d'opinions défavorables. En décembre 2013, selon l'institut de sondage IFOP pour Paris Match, il se classe à la 5e position des personnalités qui fait le « plus fantasmer les Françaises » avec 10 % des voix.

Controverses

Dans sa chronique La Semaine mythomane dans l'émission Semaine critique !, il crée plusieurs fois la polémique :

  • en novembre 2010, il critique ouvertement la politique menée par l'État d'Israël et les films La Rafle et Elle s'appelait Sarah qu'il juge « mauvais », en présence de l'écrivain Alain Finkielkraut et de la journaliste Élisabeth Lévy, tous deux d'origine juive,. Devant un « tonnerre de réactions indignées », cette dernière prendra sa défense dans une tribune intitulée « Non, Nicolas Bedos n'est pas antisémite ». À la suite de cette chronique, une plainte est déposée auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), ce qui lui vaut un rappel à l'ordre ;
  • en janvier 2011, il compare le président de la République, Nicolas Sarkozy, à un « VRP cocaïné » qui s'est payé la France à « coups de pub pour en foutre plein la vue à une chanteuse de variétés » ; certains médias, et une ministre évoquent un dérapage, ce qui contraint le directeur de France 2 à s'expliquer ;
  • dans son livre, il raconte avoir été l'objet de plusieurs plaintes, ainsi que des désagréments ou remarques de sa vie professionnelle et personnelle à la suite de certaines chroniques.

En juillet 2012, il est condamné à 2 000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Paris pour « injures publiques » envers la police, en raison de propos qu'il avait tenus dans l'émission Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil de Bruce Toussaint. Condamné en janvier 2010 pour conduite en état d'ébriété, il est à nouveau condamné pour le même motif en février 2014, ainsi que pour outrage et menace de mort envers des policiers après une chute à scooter. L'état de récidive légale conduit le tribunal correctionnel de Paris à le condamner à trois mois de prison avec sursis et 800 euros d'amende.

En janvier 2013, le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais (Collectifdom) porte plainte contre Nicolas Bedos pour « injure raciale », après une chronique dans Marianne intitulée « indolence insulaire »,. En avril 2014, il est mis en examen pour les expressions comme « enculé de nègre » et « autochtones oisifs » présentes dans sa chronique, se défendant qu'il ne « comprennent pas le degré zéro du second degré ». En novembre 2015, il est relaxé par la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris qui estime que les stéréotypes racistes ne peuvent être pris au premier degré.

En novembre 2013, Nicolas Bedos fait partie des 19 signataires du « Manifeste des 343 salauds - Touche pas à ma pute ! » publié par la revue Causeur créée par Élisabeth Lévy, qui défend les hommes faisant appel aux services de prostituées. Il s'en désolidarise dès le lendemain de la parution en déclarant : « il ne s'agissait pas d'une défense machiste de la prostitution mais de brocarder la pénalisation du client (dont la misère sexuelle ne fait pas forcément un dominateur pervers) ».

En janvier 2014, une chronique sur Dieudonné, alors accusé d'antisémitisme, suscite « aussi bien les applaudissements que les critiques des internautes ». Grimé d'une moustache hitlérienne, il y tient une « chronique aux quenelles » parodiant le style d'Alain Soral sous forme de discours de la gestapo. Il se mettra ainsi dans la peau d'un personnage antisémite et fera même un salut nazi à l'antenne,. Il déclare avoir reçu des menaces de mort à la suite de cette chronique.

Œuvres

Pièces de théâtre

Filmographie

En tant que réalisateur

  • 2017 : Monsieur et Madame Adelman
  • 2019 : La Belle Époque
  • 2020 : OSS 117 3

En tant que scénariste

En tant qu'acteur

Chroniques

Presse écrite

  • 2009 - 2010 : L'Officiel de la mode : Comment j'ai tué
  • août 2011 - avril 2013 : Marianne : Le Journal du Mythomane
  • août 2013 - juin 2013 : Elle

Radio

  • novembre 2009 - juin 2010 : Ouï Love Dimanche d'Alexis Trégarot sur Ouï FM : La Semaine Mythomane

Télévision

  • septembre 2010 - mai 2011 : Semaine critique ! de Franz-Olivier Giesbert sur France 2 : La Semaine Mythomane
  • novembre 2012 : Vous trouvez ça normal ?! de Bruce Toussaint sur France 2 : La Semaine Mythomane (une émission)
  • septembre 2013 - juin 2015 : On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2 : chroniques ponctuelles

Ouvrages

  • Nicolas Bedos, Le Voyage de Victor : (suivi de) Les Convalescents, éditions Flammarion, , 177 p. (ISBN 9782081230248).
  • Ouvrage collectif, Disneyland : nouvelles, éditions Flammarion, , 161 p. (ISBN 978-2081232075).
  • Nicolas Bedos, Journal d'un mythomane, volume 1, éditions Robert Laffont, , 304 p. (ISBN 978-2221126080).
  • Nicolas Bedos, Journal d'un mythomane, volume 2 : Une année particulière, éditions Robert Laffont, , 312 p. (ISBN 978-2221133194).
  • Nicolas Bedos, La Tête ailleurs, éditions Robert Laffont, , 336 p. (ISBN 978-2221139196).

Distinctions

  • Molières 2005 : Nomination au Molière de la meilleure pièce de création pour Sortie de scène
  • City of Lights, City of Angels 2017 : Prix du public pour Monsieur et Madame Adelman
  • César 2018 : Nomination au César du meilleur premier film pour Monsieur et Madame Adelman

Notes et références

Notes

Références

Bibliographie
Références

Liens externes

  • Ressources relatives au spectacle :
    • Les Archives du spectacle
    • Théâtres parisiens associés
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • César du cinéma
    • Ciné-Ressources
    • Unifrance
    • (en) AllMovie
    • (en) British Film Institute
    • (en) Internet Movie Database
    • (en) LUMIERE
    • (en) Metacritic
    • (en) Rotten Tomatoes
  • Portail du théâtre
  • Portail de la télévision française
  • Portail de l’humour
  • Portail du cinéma français

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Nicolas Bedos de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

FilmComédie

DVD

Afficher "Les Infidèles"Afficher "Populaire"Afficher "L'Art de la fugue"