Infos

Médiathèque Municipale de Corbas

Ouvrira à 15:30

5 avenue de Corbetta
69960 Corbas

04.72.51.45.55

Marion Cotillard

 
Marion Cotillard. Source: Wikipedia

Marion Cotillard est une actrice française née le à Paris.

Active au cinéma depuis la fin des années 1990, elle est révélée au grand public par son rôle de compagne du héros dans la saga Taxi, qu'elle incarne dans les trois premiers films de la franchise. En février 2005, elle reçoit la première des grandes récompenses qui vont jalonner sa carrière : le César de la meilleure actrice dans un second rôle, pour seulement huit minutes de présence à l'écran dans le film Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet.

En 2008, c'est la consécration internationale : son interprétation de la chanteuse Édith Piaf dans le film biographique La Môme lui attire de nombreuses récompenses, dont le César, le Golden Globe, le BAFTA et l'Oscar de la meilleure actrice. Elle devient notamment la première Française à être désignée « meilleure actrice » par l'Académie des arts et des sciences du cinéma pour un film tourné en langue française, et seulement la deuxième actrice à gagner ce prix pour un rôle parlé dans une langue étrangère.

Ce triomphe critique l'accompagne également dans les années 2010 pour ses interprétations dans les films De Rouille et d'os, The Immigrant, Deux Jours, une Nuit et Macbeth, et consacre une carrière internationale aux choix artistiques variés, la menant à plusieurs reprises au Festival de Cannes. Régulièrement louée pour la qualité de son jeu d'actrice, elle collabore notamment avec des réalisateurs renommés tels que Tim Burton, Jean-Pierre Jeunet, Ridley Scott, Woody Allen, Christopher Nolan, Steven Soderbergh, Jacques Audiard, les frères Dardenne, Xavier Dolan, Robert Zemeckis ou Arnaud Desplechin.

Biographie

Enfance et formation

Née le à Paris, Marion Cotillard est issue d'une famille d'artistes. Ses parents sont tous deux comédiens et professeurs d'art dramatique ; sa mère Niseema Theillaud, de son vrai nom Monique Theillaud, serait, selon certaines sources, d'origine kabyle,, et son père Jean-Claude Cotillard, d'origine bretonne. Niseema Theillaud est comédienne de théâtre et directrice d'acteurs et Jean-Claude Cotillard, spécialiste du mime et du burlesque, fait des tournées en Europe et en Asie et deviendra plus tard directeur de l'École supérieure d'art dramatique de Paris (ESAD). Elle a deux frères, les jumeaux Quentin et Guillaume, nés en 1977 et eux-mêmes artistes. C'est son cousin, Laurent Cotillard, qui dirige Marion Cotillard pour sa première apparition sur scène, en 1997 dans Y a des nounours dans les placards.

Marion Cotillard est assez solitaire dans son adolescence, isolée hors de la symbiose entre ses frères jumeaux et à l'école. Élevée dans un cadre familial très ouvert, bourgeois et bohème, le monde extérieur ne lui apparaît par contraste « pas à la hauteur », et c'est le théâtre qui lui permet de sortir de cette phase de mutisme : « Avec le théâtre, j’ai recommencé à m’exprimer en employant des mots que d’autres avaient déjà utilisés. Parler redevenait simple pour moi. Le théâtre m’a aidée à retrouver les mots qui m’avaient tellement manqué, à m’ouvrir. » Son père lui montre des films muets et l'initie à l'art du mime.

Elle vit une partie de son enfance en banlieue parisienne, dans une tour d'Alfortville, près de Créteil. Élève au collège Victor-Hugo de Puiseaux, au lycée Voltaire à Orléans, où elle a pris une option théâtre, puis au lycée Molière à Paris, elle entre enfin en 1994 au Conservatoire d'art dramatique d'Orléans. Elle y étudie pendant quatre ans et y suit notamment les cours de son père.

Débuts et révélation commerciale (1994-1999)

En 1994, elle obtient le premier prix du conservatoire d'art dramatique d'Orléans. En plus d'une première reconnaissance, cette distinction lui offre une courte apparition dans la série télévisée à succès Highlander, où elle apparaît quelques minutes dans l'épisode 21 de la saison 1, Nowhere to run. Diplômée du conservatoire, elle déménage ensuite à Paris, gare du Nord, où elle enchaîne les apparitions dans des projets modestes ; entre deux rôles, elle tente de vendre des figurines en pâte à modeler de sa confection pour joindre les deux bouts. Elle fait notamment en 1996 de brèves apparitions dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) d'Arnaud Desplechin ou La Belle Verte de Coline Serreau.

Après avoir reçu son premier prix d'interprétation aux Rencontres cinématographiques d'Istres en 1998 avec le court métrage Affaire classée de Luc Gallissaires, c’est le grand succès commercial du film Taxi, produit par Luc Besson, qui la révèle au grand public et lui vaut une première nomination aux Césars, à seulement 23 ans. Elle reprend son personnage dans les deux opus suivants, mais après Taxi 3, sorti en janvier 2003, elle avertit le producteur et scénariste Luc Besson qu'elle ne veut plus faire partie de la saga, dans laquelle son personnage est toujours « en retrait » et, de plus, elle est déjà prise par le tournage d'un projet plus ambitieux pour elle, La Môme, qui va lui offrir son premier rôle-titre.

Rétrospectivement, le journal Libération estime qu'elle « a d’abord longtemps traîné une image de godiche du cinéma français, pas vraiment aidée par son rôle de compagne de Samy Naceri dans Taxi et par sa propension à rouler des yeux. Elle égrène ensuite des films dont personne ne se souvient. »

Progression critique (années 2000)

En parallèle du grand succès populaire de Taxi, où elle n'interprète qu'un personnage secondaire, elle apparaît dans des films plus discrets, tel que le court-métrage de Nils Tavernier La Mouette, segment du film engagé L'@mour est à réinventer, dix histoires d'amour au temps du sida, ou dans Lisa de Pierre Grimblat, avec Benoît Magimel et Jeanne Moreau. En 2001, elle joue le double rôle principal des Jolies Choses, face à Patrick Bruel, pour lequel elle est à nouveau nommée au César du meilleur espoir féminin, trois ans après Taxi.

Mais le succès et la notoriété grandissante apportés par la série des Taxi lui font craindre cependant d'être enfermée dans l'image d'une « actrice-poupée ». À cet égard, l'appel du réalisateur américain Tim Burton qui lui offre un petit rôle dans Big fish lui paraît providentiel ; ce film de 2003 à l'univers travaillé marque également sa première incursion dans le cinéma américain. En 2002, pour la seconde édition du Festival de Marrakech, elle intègre le jury des courts-métrages.

En 2004, elle tient le premier rôle féminin de la comédie romantique Jeux d'enfants qui lui vaut, au Festival de Cannes 2004, le Trophée Chopard de la révélation féminine. Il s'agit de sa première collaboration avec l'acteur et réalisateur Guillaume Canet, avec qui elle retravaillera de nombreuses fois.

Cette année-là, elle tient aussi et surtout le petit rôle du personnage de Tina Lombardi dans l'adaptation du roman Un long dimanche de fiançailles, de Jean-Pierre Jeunet, une interprétation qui « tend à colorer un peu le sépia tout lisse du film de Jeunet », d'après Écran Large. Son interprétation d'une prostituée qui cherche à venger la mort de son amant dans l'enfer des tranchées lui vaut le César de la meilleure actrice dans un second rôle, malgré un temps d'apparition à l'écran de seulement quelques minutes.

Le réalisateur britannique Ridley Scott l'engage l'année suivante pour faire face à Russell Crowe dans sa comédie dramatique Une grande année, adaptation d'un roman dans lequel un trader anglais se métamorphose au contact de la Provence. L'actrice s'impose notamment lors des auditions face à Eva Green ou Vahina Giocante, et impressionne peut-être par sa maîtrise de l'anglais, qu'elle mobilise à nouveau quelques années après Big fish. Le Monde note cependant que le film ne « lésine [pas] sur les clichés », opinion que rejoint Télérama qui estime que le film « inflige à peu près tous les clichés possibles » et que « la magie [...] ne traverse jamais l'écran ».

Tête d'affiche et consécration internationale (2007-2008)

Vient ensuite l'occasion de sa vie : Marion Cotillard obtient le rôle de la chanteuse Édith Piaf dans le film biographique d'Olivier Dahan, La Môme, qui sort en 2007. Lors des auditions de l'actrice principale, elle apparaît en concurrence avec Audrey Tautou, que les producteurs lui préfèrent, mais elle reste activement soutenue par le réalisateur Olivier Dahan, séduit par la gravité de ses yeux et son « côté tragédienne », et qui annonce « Cotillard ou personne », et le producteur Alain Goldman ; il s'agirait de la raison pour laquelle TF1 aurait divisé son financement du film par trois, et The Walt Disney Company se serait rétracté de la distribution. Cotillard a beau avoir tourné avec Tim Burton, elle ne reste pas assez « bankable » aux yeux des investisseurs. Après un long enchaînement d'apparitions secondaires, c'est la première fois que l'actrice se voit offrir un rôle-titre, bien qu'il lui impose une métamorphose conséquente durant les quatre mois intenses de tournage.

Le film est un succès mondial et cumule en France plus de 5 millions d'entrée. Il vaut surtout à Marion Cotillard des récompenses qu'aucune actrice n'avait réussi à cumuler auparavant pour un même rôle, à savoir le Golden Globe, le BAFTA, le César et surtout l'Oscar 2008 de la meilleure actrice. Elle devient ainsi la troisième Française après Simone Signoret et Juliette Binoche à gagner une statuette à Hollywood dans cette catégorie, la deuxième comédienne après Sophia Loren à être sacrée pour une interprétation dans une langue autre que l'anglais et enfin, la seule interprète à être couronnée pour un rôle en langue française. Marion Cotillard devient aussi la seule personne, avec Adrien Brody pour Le Pianiste, à recevoir un Oscar et un César pour la même interprétation. Un documentaire sorti en 2008 et réalisé par l'agent de l'actrice Bastien Duval, Mon clown, retrace ce triomphe en suivant pendant un an l'actrice lors de la promotion mondiale de La Môme, qui l'oblige notamment à s'acheter une maison à Santa Monica et à faire vacciner son chat pour l'emmener dans ses déplacements, tandis que de nombreux agents et attachés de presse s'attachent à la rendre « oscarisable ».

Ce triomphe aux États-Unis est sans commune mesure pour une actrice et pour un film français récent. Première note ainsi qu'avant même sa sortie en avant-première à la Berlinale 2007, La Môme a déjà trouvé un distributeur américain, probablement du fait de la notoriété d'Édith Piaf et de celle de Cotillard. D'après le magazine de cinéma, « si en France, la presse salue le film d'Olivier Dahan dans son ensemble, aux États-Unis, c'est la prestation de Marion Cotillard qui est principalement mise en lumière ». Écran large considère que « c'est typiquement le genre de prestation Actors Studio qui provoque la pâmoison des foules ». Le journaliste Serge Kaganski estime néanmoins dans Les Inrocks que ce succès américain d'un biopic sur Édith Piaf ne fait que montrer que « l’image de la France aux Etats-Unis [est] encore figée dans les clichés passéistes, que notre culture populaire musicale [est] là-bas réduite à la môme Piaf » et que l'extrême médiatisation française de ce plébiscite critique autour de Cotillard sert à offrir « un joli miroir à notre narcissisme national en berne ».

Les affres d'une médiatisation soudaine rattrapent cependant l'actrice, à qui une partie de la presse américaine reproche les propos qu'elle avait tenus dans une interview diffusée par Paris Première le , soit plus d'un an avant qu'elle n'eût reçu son Oscar. Marion Cotillard s'y demandait si les Américains avaient vraiment marché sur la Lune dans les années 1970, mettait en doute les circonstances de la mort du comédien Coluche et niait la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 : « Je pense qu'on nous ment sur énormément de choses : Coluche, le 11-Septembre. On peut voir sur internet tous les films du 11-Septembre sur la théorie du complot. C'est passionnant, c'est addictif, même. […] Il y a une tour, je crois que c'est en Espagne, qui a brûlé pendant 24 heures. Elle ne s'est jamais effondrée ! Aucune de ces tours ne s'effondre. Et là, en quelques minutes, le truc s'effondre. […] Et puis c'était un gouffre à thunes, […] c'était beaucoup plus cher de faire des travaux que de les détruire… »,. Relayés dans la presse internationale, ses propos défraient la chronique et lui valent même quelques demandes de confiscation de son Oscar. L'actrice exprime publiquement ses regrets à chaque occasion et l'affaire finit par se tasser. « Cette affaire, c'était l'histoire d'une petite actrice qu'on interroge sur un coin de comptoir, qui répond de façon pas très informée ni très intelligente, et on lui tombe sur la tronche pendant des années... » commente-t-elle en 2013.

Après avoir remporté l'Oscar de la meilleure actrice, elle est invitée comme chaque lauréat à devenir membre de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences, l'association américaine des professionnels du cinéma, qui distingue les meilleurs travaux artistiques de l'année écoulée dans chaque discipline représentée aux Oscars. Dans ce cadre, elle remet en 2009 l'Oscar de la meilleure actrice à Kate Winslet, qui lui succède grâce à son rôle dans The Reader. Elle entame à cette époque un contrat avec la maison de couture Dior, qui va la mener lors de la décennie suivante à ne représenter quasiment que la marque sur les tapis rouges, et à tourner plusieurs publicités prestigieuses sous la forme de courts-métrages situés dans des villes du monde entier. En plus des photographies prises par Peter Lindbergh ou Annie Leibovitz, certains courts sont mis en scène par Olivier Dahan, le réalisateur de La Môme ; un autre par David Lynch, et un autre encore par John Cameron Mitchell, qui lui fait partager l'écran avec Ian McKellen. Elle reçoit alors près de 1,5 million de dollars à chaque nouveau tournage de publicité Dior.

Confirmation hollywoodienne (2009-2013)

Cotillard entame alors une carrière hollywoodienne jalonnée de nombreuses collaborations de prestige, avec en 2009 le film Public enemies, de Michael Mann, où elle partage l'affiche avec Johnny Depp. La même année, elle tourne Nine de Rob Marshall et remake musical du film Huit et demi dans lequel elle interprète deux chansons. Le rôle lui vaut des louanges et une rémunération de 500 000 euros.

Elle revient en France pour porter le drame historique à gros budget Dernier Vol, dont elle partage l'affiche avec son compagnon Guillaume Canet, un tournage qu'elle remettra plus tard en cause.

L'année 2010 est marquée par deux gros succès : elle seconde Leonardo DiCaprio pour le blockbuster de science-fiction Inception. Ce long-métrage de Christopher Nolan lui offre un rôle ambigu et mystérieux qui impressionne les critiques, tandis que le film réalise 825 millions de dollars au box-office mondial et rapporte à l'actrice un million d'euros.

En France, elle apparaît avec un rôle taillé sur mesure et pour cette fois-ci 800 000 euros dans le film choral Les Petits Mouchoirs, réalisé par son compagnon Guillaume Canet, mais déclare plus tard avoir beaucoup de mal à visionner le résultat : « C'est très difficile pour moi de regarder ce film car j'y suis réellement moi. C'était même insupportable ».

Dans le même temps, l'actrice acquiert un statut de rentabilité qu'illustrent ses salaires : Le Figaro estime ses revenus en 2007 à 1 150 000 euros, ce qui fait d'elle la troisième actrice la mieux payée de France derrière Mathilde Seigner et Nathalie Baye. En février 2011, elle devient l'actrice la mieux payée de France et l'actrice non américaine la mieux payée d'Hollywood.

En 2011, elle évolue, avec Kate Winslet, Jude Law et Matt Damon dans le thriller de science-fiction Contagion, de Steven Soderbergh, puis donne la réplique à Owen Wilson pour la comédie fantastique Minuit à Paris de Woody Allen. Elle est par ailleurs désignée présidente de la 35e cérémonie des Césars, présentée par Gad Elmaleh et Valérie Lemercier, tenue en janvier 2010 Elle reçoit à cette époque une nouvelle nomination, la seconde, pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour son rôle d'épouse bafouée dans Nine.

Les années post-Oscar confirment la notoriété et la grande versatilité de l'actrice, courtisée des deux côtés de l'Atlantique et aussi bien dans des films d'auteur que dans des superproductions internationales. Si ses rôles dans des films américains tendent à lui imposer une « aura exotique, un peu éthérée », ceux dans des films français sont plus concrets, terriens. L'actrice estime cependant que son nom manque encore de résonance aux États-Unis et que cela lui permet une plus grande liberté, à l'image des rôles aux nationalités très variées qui lui sont proposés : une métisse amérindienne dans Public enemies, une Polonaise pour The Immigrant ou encore une Italienne pour Blood Ties.

L'été 2011 est pour elle chargé : quelques mois seulement après la naissance de son fils, elle alterne les tournages de The Dark Knight Rises, où Christopher Nolan lui a réservé un rôle après l'avoir dirigée dans Inception, et De Rouille et d'os, de Jacques Audiard. Le film américain lui impose cependant une clause d'exclusivité ; c'est donc en enchaînant discrètement les vols transatlantiques pour ne pas gêner le film américain qu'elle tourne pour Audiard, qui lui a proposé le rôle alors que le contrat américain était déjà signé. Le nouvel et dernier opus de la trilogie des Batman de Nolan est dévoilé en juillet 2012 et concentre nombre d'attentes de la part d'un très large public de fans ; malgré cela, le réalisateur tient tant à la présence de Cotillard qu'il organise les dates de tournage de l'actrice à Pittsburgh autour de sa grossesse. Le film devient son plus grand succès commercial, mais sa sortie est entachée par la fusillade d'Aurora, déclenchée entre le 20 et le 21 juillet 2012 lorsqu'un tireur solitaire ouvre le feu dans une salle de cinéma américaine qui projetait le film. La promotion française en est arrêtée, et Marion Cotillard et l'acteur Morgan Freeman annulent leur visite au 20 heures de TF1, qui aurait dû prendre place le lendemain. L'actrice doit aussi faire face à des critiques devenues virales fustigeant sa performance dans une scène montrant l'agonie de son personnage. Bien que validées par le réalisateur dans le montage final du film, ces quelques secondes deviennent un phénomène internet menant même à la création d'un blog Tumblr moqueur intitulé « People dying like Marion Cotillard » (« Des gens mourant comme Marion Cotillard ») pour recenser des internautes imitant le jeu de l'actrice. D'aucuns estiment cependant qu'elle fait les frais de la déception des spectateurs envers un scénario jugé parfois trop rapide, voire incohérent. La polémique entache durablement l'image de l'actrice auprès de son public ; elle se garde cependant de toute réaction officielle et continue avec son rythme intense de tournage. Quelques mois plus tard, lors d'une table ronde animée par le Hollywood Reporter, l'actrice ne mentionne pas Nolan lorsqu'on lui demande la liste des réalisateurs qu'elle admire, alors même qu'elle vient de tourner deux immenses succès avec lui ; un possible signe, selon Nathalie Epoque de L'Obs, que Cotillard reproche au réalisateur sa direction d'acteurs.

Confirmation critique en Europe (depuis 2012)

De Rouille et d'os, tourné donc à la même époque, est quant à lui présenté lors de la 65e édition du Festival de Cannes, en mai 2012. Cotillard y obtient les éloges des critiques pour son interprétation de Stéphanie, une dresseuse d'orques amputée des deux jambes qui décide de reprendre sa vie en main. L'actrice avait dû vaincre sa répulsion des animaux en captivité pour venir s'entraîner à interagir avec des orques au Marineland d'Antibes. Pour ce rôle, elle remporte de nombreuses récompenses dans l'année suivante comme le Globe de Cristal, ainsi qu'une cinquième nomination aux Césars, une quatrième aux SAG Awards, une troisième aux Golden Globes (sa première nomination pour le rôle principal dans un film dramatique), une deuxième aux BAFTAs et aux Critics' Choice Movie Awards, et une nomination au Prix Lumières.

La saison des récompenses pour De Rouille et d'os s'étale sur l'hiver et Marion Cotillard passe beaucoup de temps aux États-Unis pour participer à sa promotion ; pressentie quelques années plus tôt pour tenir le rôle de Fantine dans l'adaptation des Misérables de Tom Hooper, le rôle avait en fait été attribué à Anne Hathaway et c'est finalement elle qui remporte l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Fin 2013, Cotillard est élue « Femme de l'année » par la mouvance de théâtre Hasty Pudding de l'université Harvard ; elle se rend sur le campus américain et prend notamment part à un sketch moquant son interprétation dans The Dark Knight Rises. Elle est également élue à cette période « plus beau visage de 2013 » par TC Candler et 13e star de cinéma « la plus sexy » par Empire Online. En novembre de la même année, elle retrouve le Festival international du film de Marrakech, après avoir été membre du jury des courts-métrages en 2002, en intégrant le jury des longs-métrages de la 13e édition, présidée par Martin Scorsese.

En 2013, elle est à l'affiche du drame historique The Immigrant, de James Gray, réalisateur primé pour la gravité et le réalisme de ses films ; ce rôle d'Ewa Cybulska, une immigrée polonaise débarquant avec sa sœur à Ellis Island en 1920, constitue son premier rôle principal à Hollywood. James Gray a écrit le film pour elle et la fait jouer avec Joaquin Phoenix et Jeremy Renner. Son interprétation lui vaut de nombreuses récompenses auprès des critiques américains dont le New York Film Critics Circle Award. Dans le même temps, elle apparaît dans Blood Ties, réalisé par son compagnon Guillaume Canet et en partie scénarisé par Gray d'après un film français dans lequel Canet officiait comme acteur ; cette nouvelle collaboration Canet-Cotillard n'obtient qu'un tiède accueil et le magazine Les Inrocks s'amuse à relever les motifs communs d'un film de Canet à l'autre, comme la « perversion » de « faire pleurer Marion Cotillard, beaucoup ».

Le milieu des années 2010 marque aussi une inflexion dans son choix de projets : si ses rôles au cinéma tendent vers des personnages complexes et torturés, un choix conscient pour elle qui s'est souvent considérée comme une paria, Marion Cotillard rejoint aussi la distribution vocale de plusieurs films, notamment des dessins animés que son fils serait en mesure de visionner. Début 2014, elle prête ainsi sa voix au documentaire animalier Terre des Ours, réalisé par Guillaume Vincent. En 2015, l'actrice double le rôle principal du dessin animé Avril et le monde truqué de Franck Ekinci et Christian Desmares, inspiré de la bande dessinée de Jacques Tardi. Elle double aussi la Rose dans l'adaptation américaine animée du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, présenté à Cannes en 2015, ainsi que la voix de Scarlet Overkill dans la version française des Minions.

En avril 2012, Marion Cotillard rend visite à la Française Florence Cassez dans la prison pour femmes de Tepeplan au Mexique. Entre 2012 et 2015, l'actrice joue Jeanne d'Arc dans l'oratorio Jeanne d'Arc au bûcher d'Arthur Honegger, sur un livret de Paul Claudel et dans une réalisation de Côme de Bellescize. Cotillard, qui avait déjà interprété ce rôle en 2005 à Orléans et en 2012 à Barcelone, l'interprète à nouveau à la Philharmonie de Paris en mars 2015 ainsi qu'avec l'Orchestre symphonique de New York au Avery Fisher Hall en juin 2015.

En 2014, elle change de registre et tourne avec les frères Dardenne le film social Deux Jours, une Nuit où elle interprète une ouvrière sortie de dépression, obligée de convaincre ses collègues de renoncer à leurs primes de fin d'année pour retrouver son emploi. Le choix de distribution est inattendu de la part des Dardenne, réputés pour sélectionner des acteurs sortis de l'inconnu. Marion Cotillard est de nouveau saluée par la critique internationale et la profession pour son travail sur ce film qui lui vaut une seconde nomination à l'Oscar de la meilleure actrice en 2015, sept ans après son sacre pour La Môme. À la surprise générale, le film ne remporte aucune récompense à Cannes en 2015, fait inhabituel pour les frères Dardenne, et une déception pour son actrice principale, qui était pourtant évoquée pour la troisième année d'affilée parmi les favorites du prix d'interprétation. L'actrice remarque alors : « Les Dardenne reçoivent un prix chaque fois qu'ils se rendent à Cannes, alors je suis devenue un peu parano et je me suis dit : oh mon Dieu, c'est peut-être de ma faute ». La même année, elle fait face à Michael Fassbender dans Macbeth de Justin Kurzel où elle incarne Lady Macbeth. Elle laisse entendre à cette époque sa lassitude d'incarner des anti-héroïnes tragiques et son souhait de se voir offrir des rôles comiques, voire des rôles d'homme.

En 2016, elle présente deux nouveaux films sur la Croisette : Mal de pierres de Nicole Garcia qui évoque la quête éperdue d'amour d'une femme broyée par les carcans sociaux et Juste la fin du monde du réalisateur québécois Xavier Dolan, d'après Jean-Luc Lagarce, en compagnie de Gaspard Ulliel, Vincent Cassel, Léa Seydoux et Nathalie Baye. Elle devient alors la première comédienne à défendre six films en compétition à Cannes sur cinq années consécutives : De Rouille et d'os en 2012, The Immigrant en 2013, Deux Jours, une Nuit en 2014, Macbeth en 2015 et enfin Mal de pierres et Juste la fin du monde en 2016. En parallèle, elle revient au grand spectacle hollywoodien au côté de Brad Pitt avec Alliés, réalisé par Robert Zemeckis. Les trois films Mal de pierres, Juste la fin du monde et Alliés valent à l'actrice trois succès publics d'affilée à leur sortie dans l'automne. Elle retrouve aussi le réalisateur et l'acteur principal de Macbeth dans Assassin's Creed, un film ambitieux inspiré des jeux vidéo à succès mais qui se révèle être une déception commerciale lors de sa sortie fin 2016.

En 2017, elle apparaît dans le film français Les Fantômes d'Ismaël, qu'elle présente à Cannes alors que vient de cesser sa collaboration avec la maison de couture Dior, et la comédie Rock'n Roll, écrite et réalisée par son compagnon Guillaume Canet, et dans laquelle elle joue son propre rôle. En juin, elle succède aux comédiennes Juliette Binoche et Emmanuelle Béart en devenant présidente du jury du 31e Festival du film de Cabourg.

Fidèle à son alternance de films très médiatisés et de projets plus modestes, l'actrice en 2017 accepte de jouer dans Gueule d'ange, le premier long-métrage de la réalisatrice Vanessa Filho. Le film est présenté à Cannes l'année suivante. Tandis que sa prestation est une nouvelle fois saluée par le public et la critique, l'actrice profite du festival pour chercher un distributeur à 355, dans lequel elle doit partager l'affiche avec une distribution internationale composée de Jessica Chastain, Lupita Nyong'o, Fan Bingbing et Penélope Cruz (avec qui elle a déjà tourné Nine en 2009 et à qui elle a remis un César d'honneur en 2018). Cette édition du festival est marqué par la lutte contre le harcèlement sexuel dans l'industrie du cinéma, suivant l'éclatement de l'affaire Harvey Weinstein. Très concernée par la chute de cet influent homme de pouvoir, qui avait soutenu l'actrice dans sa campagne promotionnelle pour obtenir un Oscar en 2008 et produit nombre de ses films, bien qu'il en ait parfois « enterré » certains, l'actrice estime qu'il « doit faire face à ce qu'il a fait durant si longtemps. Il doit comprendre que c'est maladif et criminel et qu'il doit faire amende honorable. J'espère et je souhaite que ça l'aide à devenir une meilleure personne ». Elle se désolidarise également du réalisateur Woody Allen, qui l'avait dirigée dans Minuit à Paris en 2011, et qui se trouve à l'époque accusé de viol par l'une de ses filles : « Je dois dire que s’il me proposait un nouveau rôle aujourd’hui — je ne pense pas que ça arrive, car notre expérience en commun était bizarre. J’admire plusieurs de ses films, mais nous n’avions aucune connexion sur le plateau. Mais s'il me proposait un rôle aujourd'hui, je poserais plus de questions, je creuserais cette histoire. »

Après la naissance de sa fille en 2017, l'actrice déclare en 2018 vouloir ralentir son rythme de tournage. En avril 2019, elle reconnaît ainsi : « J’ai levé le pied. Pour mes enfants, mais aussi pour moi. J’ai énormément travaillé et j’avais besoin d’une pause. Je sentais que j’avais moins envie d’aller sur un plateau, et c’était comme une petite trahison. D’abord, j’avais l’impression de trahir ma passion, ensuite, de voler la place d’une autre qui aurait eu plus de joie. ». Son prochain film, alors en post-production, est aussi sa 7e collaboration avec son compagnon Guillaume Canet : il s'agit de la suite des Petits Mouchoirs, Nous finirons ensemble, tourné neuf ans après le premier et qui sort au cinéma en mai 2019. Dans le même temps, l'équipe de production du film 355 annonce que Cotillard ne fait plus partie de la distribution. Pendant le festival de Cannes, il est annoncé que l'actrice rejoint cependant Adam Driver dans le projet de film musical de Leos Carax, Annette, dont le tournage doit commencer dans l'été.

Image publique

Jeu d'actrice

Dotée de « lettres de noblesse internationales », Marion Cotillard est une actrice largement reconnue pour la justesse de ses interprétations, notamment grâce à ses méthodes de recherche psychologique fouillée similaires à celle de l'Actors Studio. Depuis son apparition de sept minutes dans Un long dimanche de fiançailles, qui lui valut un César, les critiques ne cessent de louer sa finesse et sa polyvalence, même dans des films de qualité inégale. L'acteur et réalisateur Guillaume Canet, qui joua à ses côtés ou la fit tourner dans sept films, admire son dévouement sans faille : « à partir du moment où elle a décidé de faire un film, elle le fait à 150 %, sans se poser la question de savoir si le metteur en scène va faire un bon film ou un mauvais film. Parfois il peut arriver qu'un acteur se retienne, se protège, ne se lâche pas complètement dans la direction que lui demande le réalisateur parce qu'il a peur pour son image. Chez Marion, ça n'existe pas ».

Pour représenter fidèlement Édith Piaf dans La Môme, par exemple, la comédienne accepte des transformations physiques sans commune mesure : cinq heures quotidiennes de maquillage, des sourcils et la naissance des cheveux rasés, jouer tassée pour paraître plus petite qu'elle ne l'est, adopter une voix grave... Ce dévouement lui en coûte beaucoup, et neuf mois s'écouleront avant que Piaf ne cesse de la hanter : « J'ai tout tenté. J'ai fait des exorcismes avec du sel et du feu. J'ai voyagé jusqu'à Bora Bora pour lui échapper. Je suis allée au Pérou, au Machu Picchu et j'ai suivi des cérémonies antiques de chaman pour me purifier, après avoir finalement compris pourquoi je ne parvenais pas à la laisser partir : [Piaf] avait été abandonnée toute petite. Être toute seule, c'était sa plus grande peur », explique-t-elle dans un entretien avec The Guardian. En écho à cette performance renommée, l'acteur et humoriste Éric Judor propose en 2011 dans la série télévisée Platane une intrigue dans laquelle le comédien, sorti d'un coma de plusieurs années, décide de relancer sa carrière et de se donner une image plus sérieuse avec un projet intitulé « La Môme 2.0 : Next Generation ».

Parmi d'autres interprétations exigeantes, l'actrice prend des cours de natation de manière à paraître crédible en dresseuse d'orques dans De Rouille et d'os, et elle apprend le polonais ainsi qu'à parler anglais avec un accent polonais dans The Immigrant.

La naissance de son premier enfant en 2011 modifie cependant sa manière de s'investir dans un rôle et lui permet de plus facilement cloisonner ses deux vies :

« Avant de fonder ma famille, je dévouais ma vie à mon personnage. Plus celui-ci m'affectait, plus je m'en sentais proche. Mais je ne peux plus m'enfermer dans un autre monde, maintenant. Je ne veux pas perturber mon fils sous le prétexte que je serais dans un état second, en pleine dépression ou en train de tuer un roi [en référence à son interprétation de Lady Macbeth en 2015]. »

— Marion Cotillard sur sa propension à s'immerger dans des rôles

Son engagement dans ses rôles et l'authenticité de ses interprétations forcent l'admiration de ses pairs, à commencer par l'actrice australienne Cate Blanchett, elle-même lauréate de deux Oscars, qui la trouve à l'occasion de Deux Jours, une Nuit : « pour faire court, tout simplement époustouflante », en plus de la reconnaître comme « l'une des interprètes les plus talentueuses, séduisantes et courageuses en activité aujourd'hui ». Jessica Chastain sollicite les conseils de Cotillard avant de tourner La Couleur des sentiments (pour lequel son rôle lui vaut une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle), et ne tarit pas d'éloges sur elle : « J'aime tout ce que fait Marion Cotillard, chaque année. On devrait juste lui offrir tous les rôles, vu qu'elle est incroyable. ». De nombreux acteurs de la « nouvelle génération » se réclament aussi d'admiration pour la Française : les Américaines Emma Stone (qui s'inspire de son interprétation dans La Môme pour tourner La La Land), Amy Adams et Jennifer Lawrence ou les Britanniques Carey Mulligan et Eddie Redmayne.

Plusieurs actrices reconnaissent Cotillard
comme l'une des comédiennes en activité les plus inspirantes

Dans les médias

Auprès des médias, l'actrice désarçonne ses interlocuteurs par sa candeur et sa sincérité en interview, lesquelles lui valent bien des ennuis lorsque, lors de la promotion américaine de La Môme, certains de ses propos sur le 11 septembre ressurgissent. « Moi, je suis très très mauvaise pour parler de n’importe quoi », admet-elle en 2013 sur la radio RTL, en plus de « trouver indécent de parler de [soi] ». D'après Libération, Marion Cotillard possède ainsi une « faculté à déraper facilement » et « a d’abord longtemps traîné une image de godiche du cinéma français ».

« Le parcours de Marion Cotillard est probablement l’un des plus bizarres du cinéma français. Alternativement adulée, oscarisée et moquée, l’actrice [...] a aligné comme personne les grands rôles et les moments de lose magnifiques. »

— Pierre Labrunie dans Libération en 2014

Elle semble cependant par la suite gagner en expérience du milieu, maîtriser mieux son image et incarner « un modèle de professionnalisme intelligent ». D'après une agence française, « Marion Cotillard appartient à cette génération d'acteurs qui a grandi avec les grosses promotions des superproductions américaines et qui, du coup, est décomplexée vis-à-vis du marketing ».

Opinion publique

Malgré ce plébiscite des critiques, la popularité de l'actrice auprès du public français est plus douteuse, comme a pu l'illustrer l'immense retentissement de la scène de la mort de son personnage dans The Dark Knight Rises. Un blog Tumblr moqueur intitulé « People dying like Marion Cotillard » (« Des gens mourant comme Marion Cotillard ») est spécialement créé pour recenser les internautes imitant le jeu de l'actrice, et l'émission Le Petit Journal approche plusieurs grands acteurs au festival du film d'Angoulême pour leur demander de se joindre à la farce, tandis que le magazine Première juge la séquence à la fois « cultissime » et « ridicule et risible ». Seul son compagnon la défend alors, clamant que le réalisateur Christopher Nolan « aurait dû monter une autre prise » plutôt que de sélectionner celle qui a été décriée. Un journaliste de Konbini, l'un de seuls médias à analyser la position ambivalente des Français envers leurs actrices travaillant aux États-Unis, estime qu'elle fait figure de « mal-aimée » du cinéma français.

Ce n'est que quatre ans plus tard, et après avoir dû mettre en scène à plusieurs reprises son auto-dérision dans des sketches variés faisant référence au film, que Marion Cotillard s'exprime pour la première fois sur le sujet. Elle admet avoir trouvé les réactions de l'époque « disproportionnées » et qu'« il y a des choses qui peuvent blesser ».

Rétrospectivement, cependant, ses collègues et certaines publications se mettent à porter plutôt le blâme sur le mauvais choix du réalisateur, et à rappeler la valeur du jeu d'actrice de Marion Cotillard, qui a dans les médias été réduite à une seule scène de quelques secondes, occultant au passage tout le reste de sa carrière. Xavier Dolan, pour qui elle a tourné Juste la fin du monde, se fait l'écho de ce type d'opinion en affirmant que « les gens ont un mépris systématique pour Léa [Seydoux] et Marion [Cotillard] parce qu’elles ont du succès, parce qu’elles voyagent, qu’elles tournent avec des metteurs en scène connus. » L'acteur Jean Dujardin, interrogé en 2013, blâme également les communautés en ligne qui peuvent propager des moqueries virales : « Il y a les boîtes à lettres et les boîtes à mal-être, comme internet. Je trouve dégueulasse toute cette merde qu'on balance sur Marion Cotillard. Elle est dans la cible, et je ne comprends pas pourquoi. Pourquoi on fait des stars si c'est pour les détruire ? »

« Marion Cotillard représente le succès et une certaine idée de la France, distinguée, charmeuse, talentueuse, découverte par les Américains depuis son rôle et son Oscar reçu pour La Môme. Mais en France, être prophète en son pays est sacrément difficile, surtout quand on est une femme qui a du succès à l’international. On va préférer analyser sa façon de parler, son “arrogance”, ses déclarations ou sa vie privée. Son jeu d’acteur ? Non, bien sûr que non. »

— Konbini en 2016

Salaire

Au , son box-office français, tous rôles confondus, totalise 63 849 422 entrées. Marion Cotillard a d'abord commencé par connaître le succès en France avec des films français, notamment avec les trois premiers films de la saga Taxi, Jeux d'enfants puis La Môme. Depuis 2009, son succès commercial en France comprend également des films américains comme Minuit à Paris ou Inception.

Au niveau international, elle se fait connaître grâce à son interprétation dans La Môme, mais c'est le film de super-héros The Dark Knight Rises qui constitue son plus gros succès commercial, en obtenant en 2012 la 10e position au box-office mondial toutes années confondues et la 6e position sur le territoire américain.

L'actrice fait régulièrement la liste des personnalités du cinéma les mieux payées en France. D'après Le Figaro, elle fait partie d'une génération d'acteurs français bilingues capables de naviguer aisément dans les studios hollywoodiens. Selon la journaliste Lena Lutaud, « ce n'est pas un hasard si Marion Cotillard et Guillaume Canet ont privilégié le magazine US Weekly pour annoncer la naissance de leur enfant au printemps 2011 ». Et si les salaires américains sont parfois moins élevés qu'en France, les contrats publicitaires comme celui de l'actrice avec Dior permettent de compenser. En 2011, elle est ainsi en tête du classement avec une rémunération totale de 2,35 millions d'euros, dont 1 million pour le blockbuster américain Inception et 800 000 euros pour le film français Les Petits Mouchoirs. Le CNC met cependant en place plusieurs mesures fin 2014 pour limiter la rétribution des acteurs les plus demandés en France, parmi lesquels figure Marion Cotillard.

Vie privée

Dans les années 1990, Marion Cotillard fréquente l'acteur Julien Rassam, fils du réalisateur et producteur Claude Berri. Le 18 octobre 1998, il se défenestre sous ses yeux depuis le troisième étage de l'Hôtel Raphael à Paris. Devenu tétraplégique, il se suicide en 2002. De 2000 à 2005, elle entretient une relation avec l'acteur Stéphan Guérin-Tillié, avec qui elle joue dans les courts métrages Quelques jours de trop (2000) et Heureuse (2001), dans la série télévisée Les redoutables (2001), et aussi dans deux longs métrages de 2005 : Cavalcade et Edy, ce dernier film étant réalisé par Guérin-Tillié,. Elle fréquente ensuite le chanteur Sinclair de 2005 à 2007,.

À partir de 2007, Marion Cotillard devient la compagne de l'acteur et réalisateur Guillaume Canet, une relation très suivie par les médias et comparée d'équivalent français du couple hollywoodien « Brad Pitt et Angelina Jolie ». Amis depuis 1997, tous deux ont tourné ensemble pour la première fois en 2002 dans la comédie romantique Jeux d'enfants avant de multiplier les collaborations dans les années 2010 : ils se retrouvent en 2009 dans l'épopée Le Dernier Vol et en 2015 pour doubler Les Minions, et elle joue sous la direction de Canet dans les films Les Petits Mouchoirs (2010), Blood Ties (2013), Rock'n Roll (2017) et Nous finirons ensemble (2019). Malgré les rumeurs, l'actrice dément leur mariage dans un entretien conduit en 2014. Le couple reste très discret, n'apparaissant en public qu'en de rares occasions, et donne naissance à un garçon nommé Marcel le à l'hôpital américain de Paris de Neuilly-sur-Seine. En septembre 2016, et notamment pour faire taire les rumeurs selon lesquelles elle serait liée à la séparation très médiatisée des acteurs américains Brad Pitt et Angelina Jolie, elle annonce sur Instagram sa seconde grossesse. Elle donne naissance à une fille nommée Louise le .

Habituée à être visée par les paparazzi pendant ses tournages à l'étranger, l'actrice fait notamment condamner en 2012 un site qui a publié des photos d'elle dans un aéroport.

Filmographie

Cinéma

Années 1990

Années 2000

Années 2010 et au-delà

Télévision

Courts-métrages

Clips

Publicités

  • 1991 : Tu t'es vu quand t'as bu, campagne sur les dangers de l'alcoolisme pour le Comité français d'éducation pour la santé : une jeune fille ivre
  • 2008 : Lady Noire Affair de Olivier Dahan pour la campagne Lady Dior : Lady Noire
  • 2010 : Lady Rouge de Jonas Akerlund pour la campagne Lady Dior : Lady Rouge
  • 2010 : Lady Blue Shanghai de David Lynch pour la campagne Lady Dior : Lady Blue
  • 2011 : Lady Grey London de John Cameron Mitchell pour la campagne Lady Dior : Lady Grey
  • 2011 : Lady Dior de John Cameron Mitchell pour la campagne Lady Dior : Margaux

Doublage

Marion Cotillard se double elle-même pour les versions françaises de la plupart de ses films tournés en langue anglaise et prête parfois sa voix à des documentaires ou des films d'animation.

Théâtre et oratorios

  • 1997 : Y'a des Nounours dans les placards, mise en scène Laurent Cotillard, Théâtre Contemporain de la Danse, Paris
  • 2005 : Jeanne d'Arc au bûcher, oratorio d'Arthur Honegger, livret de Paul Claudel, mise en scène Jean-Pierre Loisil, Orléans
  • 2012 : Jeanne d'Arc au bûcher, oratorio d'Arthur Honegger, livret de Paul Claudel, direction musicale : Marc Soustrot, Barcelone
  • 2015 : Jeanne d'Arc au bûcher, oratorio d'Arthur Honegger, livret de Paul Claudel, direction musicale : Kazuki Yamada, Monaco, Toulouse, Paris, New York

Autres activités

Engagements écologiques

Marion Cotillard se distingue à la fin des années 1990 en rejetant notamment un contrat publicitaire avec la marque de cosmétiques L'Oréal, en protestation contre les tests que l'entreprise réalise sur des animaux. Militante écologiste de l'organisation Greenpeace depuis 2001, elle use également de sa notoriété pour sensibiliser à la préservation de l'environnement en prenant part à de nombreuses manifestations et marches pacifiques. En 2007, elle officie comme marraine du navire Costa Serena, de la compagnie de croisière impliquée dans le respect de l'environnement Costa Croisières, qu'elle inaugure en mai à Marseille. En 2009, elle participe à l'enregistrement de la chanson Beds Are Burning, message lancé par Kofi Annan en faveur de l'écologie, afin de mobiliser la population en vue du sommet politique de Copenhague qui se déroule en décembre 2009. En 2009 et en 2014, elle participe également à la narration de deux documentaires sur des milieux naturels en danger, Voyage sous les mers 3D et Terre des Ours.

En juillet 2010, elle se rend au Congo-Kinshasa, en compagnie d'autres militants de Greenpeace, afin de lutter contre la déforestation massive de la forêt du bassin du Congo. Un documentaire retraçant son voyage est diffusé par l'organisation. En 2011, elle soutient officiellement le chef indigène brésilien Raoni dans sa lutte contre le barrage de Belo Monte, voué à inonder des centaines d'hectares et forcer le déplacement de populations, en signant sa pétition. Toujours en 2011, elle apporte son soutien à l'association Wild-Touch en parrainant Il était une forêt, un projet cinématographique et cross media sur les dernières grandes forêts primaires du monde et les dangers qui les guettent. En 2013, elle s'enferme dans une cage à Paris avec d'autres militants pour exiger la libération de trente membres de Greenpeace détenus en Russie.

Marion Cotillard se joint parfois à des initiatives politiques pour faire avancer la cause de l'écologie. Nommée en 2010 marraine de l'organisation caritative Fondation Maud Fontenoy, elle se rend en octobre dans plusieurs collèges parisiens avec la navigatrice Maud Fontenoy et le Ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo pour sensibiliser les enfants à la biodiversité marine et à la nécessité de sa protection. En février 2015, elle accompagne avec l'actrice Mélanie Laurent le président de la République française François Hollande à Manille, aux Philippines, pour y prononcer un discours de sensibilisation sur le réchauffement climatique en vue de la conférence de Paris à venir.

L'actrice admet en 2014 que ces engagements apparaissent en contradiction avec ses déplacements incessants en avion, exigés par son métier, et son rôle d'ambassadrice pour la maison de couture Dior, qui relève du conglomérat LVMH : « Être militante et être actrice, ce n'est pas compatible. C'est pour ça qu'Audrey Hepburn a arrêté de tourner, et c'est pour ça qu'Angelina Jolie arrêtera. Moi, je ne suis pas encore prête à le faire. »

En septembre 2018, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, elle signe avec Juliette Binoche la tribune contre le réchauffement climatique intitulée « Le Plus Grand Défi de l'histoire de l'Humanité », qui parait en une du journal Le Monde, avec pour titre L'appel de 200 personnalités pour sauver la planète.

Elle participe également à plusieurs manifestations de la Marche pour le Climat à Paris.

Musique

En parallèle de sa carrière d'actrice, Marion Cotillard participe parfois à des œuvres musicales en tant que chanteuse ou bassiste. Il s'agit surtout de collaborations avec des artistes qu'elle admire ou dont elle est proche, tels Hawksley Workman et Yodelice, ou d'œuvres créées dans le cadre de la promotion du sac Lady Dior, comme The Eyes of Mars, chanté avec Franz Ferdinand. Hawksley Workman a d'ailleurs participé à la bande originale d'une des publicités tournées pour Dior dans lesquelles joue l'actrice, le court-métrage Lady Grey, et Yodelice contribue à celle de l'épisode Lily's body du web-documentaire sur Dior. C'est aussi Yodelice qui signe la bande originale du film Les Petits Mouchoirs. Certaines chansons font également partie de la bande-originale des films dans lesquels elle joue, telles Take It All et My Husband Makes Movies, de la comédie musicale Nine.

Fin 2010 et début 2011, à l'invitation de son ami le chanteur Maxim Nucci, elle parcourt les routes avec son groupe, Yodelice. Elle l'accompagne à certains de ses concerts en France et en Belgique et sur quelques plateaux télévisés, où elle interprète notamment le titre phare de l'album Cardioid, More Than Meets The Eyes. Sur scène, elle se présente sous le pseudonyme de « Simone », le prénom de sa grand-mère maternelle, « qui rêvait d'être chanteuse »,.

Interprétations
  • 2001 : L'homme d'amour avec Jeanne Moreau pour le film Lisa
  • 2001 : La fille de joie et La Conne pour le film Les Jolies Choses
  • 2002 : Une affaire privée avec Eric Demarsan pour le film Une affaire privée
  • 2003 : No Reason To Cry Out Your Eyes avec Hawksley Workman
  • 2005 : It had to be you pour le film Edy
  • 2008 : No Reason To Cry Out Your Eyes et The Strong Ones avec Hawksley Workman
  • 2009 : Beds Are Burning pour le projet TckTckTck - Time for Climate Justice
  • 2009 : My Husband Makes Movies et Take It All pour le film Nine
  • 2010 : Five Thousand Nights et Happy Crowd avec Yodelice
  • 2010 : The Eyes of Mars avec Franz Ferdinand pour la campagne Lady Dior
  • 2012 : Lily's body (dont elle écrit également les paroles) et Nantes pour le Lady Dior Web Documentary de la campagne Lady Dior
  • 2014 : Snapshot in LA (dont elle écrit également les paroles avec John Cameron Mitchell) pour la campagne Lady Dior

Selon Joseph Mount, le meneur du groupe Metronomy, Marion Cotillard a également enregistré en 2014 des chansons avec leur groupe. Elle se produit d'ailleurs sur la scène du Palais des sports de Paris avec le groupe anglais en , à l'occasion de la soirée d'anniversaire de la chaîne Canal+, en interprétant Is She Really Going Out With Him.

Collaboration avec Dior

En 2008, elle devient l'égérie de la marque Dior, dont elle porte régulièrement les créations sur le tapis rouge, et surtout du sac Lady Dior, qu'elle promeut en étroite collaboration avec les couturiers de la maison Dior, notamment John Galliano et Raf Simons. Elle est même invitée à élaborer son propre modèle de sac en 2012. La campagne de publicité pour Lady Dior conduit l'actrice à apparaître dans des publicités semblables à des courts-métrages, élaborées par des réalisateurs prestigieux, comme Olivier Dahan (qui la dirige dans La Môme), David Lynch et John Cameron Mitchell. L'actrice et la maison de haute couture proposent également un webdocumentaire en sept parties qui explore leur collaboration et l'histoire de la marque Dior. Elle est mise à l'honneur dans le tout premier numéro de Dior Magazine, en .

En 2017 cependant, la maison de couture rompt soudainement cette collaboration vieille de près d'une décennie juste avant l'ouverture du Festival de Cannes, où l'actrice était attendue vêtue de Dior pour présenter Les Fantômes d'Ismaël. Dans les cercles de la mode, l'initiative en est attribuée à la nouvelle directrice artistique, Maria Grazia Chiuri, qui aurait souhaité faire appel à une personnalité plus jeune, mais la décision est inattendue et embarrasse l'actrice à la veille de la promotion de son nouveau film, en plus d'ouvrir un conflit entre Sidney Toledano, le PDG de la maison de couture, et Bernard Arnault, président de LVMH et propriétaire de Dior.

Campagnes publicitaires

Distinctions

Pour sa « contribution au rayonnement des arts dans la France et dans le monde », l'actrice est faite en France chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres le et est promue officier le . Elle est faite chevalier de la Légion d'honneur le 13 juillet 2016.

En plus de ces distinctions officielles, Marion Cotillard a également accumulé les récompenses décernées par les professionnels ou les critiques du cinéma, notamment à la suite du succès international de La Môme, qui lui vaut en 2008 d'être la première actrice à cumuler pour un même rôle, de surcroît interprété en langue française, le Golden Globe, le BAFTA, le César et l'Oscar de la meilleure actrice.

Avec d'autres interprétations saluées comme celles dans De Rouille et d'os ou Deux Jours, une Nuit, l'actrice cumule 2 Césars (sur 7 nominations), 1 Oscar (sur 2 nominations), 1 Golden Globe (sur 3 nominations) et 1 BAFTA (sur 2 nominations).

Notes et références

Notes

Références

Annexes

Bibliographie

  • Dominique Choulant, Marion Cotillard - biographie, L'Entretemps/Max Milo, (ISBN 978-2-315-00732-5).

Liens externes

  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Munzinger Archiv
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • American Film Institute
    • BFI Filmography
    • César du cinéma
    • Ciné-Ressources
    • Oscars du cinéma
    • Unifrance
    • (en) AllMovie
    • (en) British Film Institute
    • (en) Internet Movie Database
    • (en) Metacritic
    • (en) Rotten Tomatoes
  • Portail du cinéma français
  • Portail de la mode
  • Portail de la télévision française

Auteurs associés