Infos

Médiathèque Municipale de Corbas

Fermé depuis 19:00. Réouverture Samedi à 09:30

5 avenue de Corbetta
69960 Corbas

04.72.51.45.55

Robert Mitchum

 
Robert Mitchum. Source: Wikipedia

Robert Mitchum, né le à Bridgeport (Connecticut) et mort le à Santa Barbara (Californie), est un acteur et chanteur américain.

Biographie

Enfance, famille et débuts

Robert Charles Durman Mitchum naît à Bridgeport dans le Connecticut. il est le fils de James Thomas Mitchum, ouvrier de chantiers navals et du chemin de fer, et d'Ann Harriet Gunderson, immigrante norvégienne et fille d'un capitaine de marine. Sa sœur, Annette (actrice sous le pseudonyme de Julie Mitchum), naît en 1913.

Son père meurt sur un chantier de chemin de fer à Charleston (Caroline du Sud) en février 1919, alors que Robert n'a pas encore deux ans. Après la mort de son mari, Ann Mitchum reçoit une pension du gouvernement, et se rend compte bientôt qu'elle est enceinte. Elle retourne auprès de sa famille dans le Connecticut et épouse un ancien officier de l'Armée britannique qui l'aide à élever les trois enfants, puisqu'en septembre 1919 naît John. Lorsque ses enfants sont en âge d'aller à l'école, sa mère est embauchée en tant que linotypiste pour le Bridgeport Post. À peine âgé de 11 ans, Robert ne trouve littéralement plus sa place à table en rentrant chez lui, sa mère n'ayant plus les moyens de le nourrir. Après quelque temps dans la ferme de ses grands-parents, il prend clandestinement le train pour le sud.

À 14 ou 16 ans (les versions varient), il est arrêté à Savannah en Géorgie pour vagabondage, et doit travailler pour l'État, enchaîné à d'autres forçats. Il parvient à s'évader et rejoint la maison de ses grands-parents. C'est là qu'il rencontre, en 1933, Dorothy (alors âgée de 14 ans). Ils se marient le dans la cuisine d'un pasteur. Malgré les infidélités notoires de Robert, ils resteront mariés jusqu'à la fin de la vie de l'acteur.

Robert Mitchum commence sa carrière en étant sous contrat avec la RKO.

Son apport au film noir

Robert Mitchum est l'un des acteurs emblématiques du film noir depuis sa première apparition en 1944 dans la série B L'étrange mariage (en) (When Strangers Marry), mettant en scène un serial killer psychotique. Dans Lame de fond (1946), il incarne le frère de Robert Taylor aux côtés de Katharine Hepburn dans ce qui sera la seule incursion dans le genre de Vincente Minnelli.

En 1946, dans Le Médaillon il est l'ex-mari de la femme fatale Laraine Day, alors que l'année suivante dans La Vallée de la peur (entre western et film noir), son personnage se remémore son passé tout en pourchassant ceux qui ont tué sa famille. Pour Feux croisés également sorti en 1947, Mitchum appartient à un groupe de soldats, dont l'un a tué un juif. Cette critique de l'antisémitisme et des méthodes d'entraînement militaire, réalisée par Edward Dmytryk, fut un film marquant de cette année-là et sera sélectionné pour cinq Oscars.

Après Feux croisés, Mitchum joue le premier rôle d'un des meilleurs films de sa carrière, La Griffe du passé (1947) (ressorti plus tard en France sous le titre Pendez-moi haut et court) réalisé par Jacques Tourneur et photographié par Nicolas Musuraca. Il est Jeff Markham, un propriétaire d'une station-service isolée qui se retrouve rattrapé par son passé trouble avec le joueur Whit Sterling (Kirk Douglas) et la femme fatale Kathie Moffett (Jane Greer). Même s'il est passé relativement inaperçu au moment de sa sortie, le film a ensuite fait l'objet d'une reconnaissance tardive auprès des cinéastes et des journalistes qui le portèrent aux nues. L'acteur sera à nouveau photographié par Musuraca dans le « western psychologique » de Robert Wise Ciel rouge l'année suivante.

Producteur... et chanteur

En 1958, Robert Mitchum s'engage personnellement dans le film Thunder Road, un projet qui lui tenait à cœur, et qu'il finança en partie de ses deniers. Le film dépeint la vie dangereuse d'un contrebandier d'alcool distillé illégalement à la ferme, transportant sa marchandise (surnommée « Moonshine ») la nuit en prenant tous les risques à bord d'une voiture gonflée sur les routes de l'Amérique profonde (une pratique qui fut incidemment à l'origine des courses de stock-car). Il y joue le rôle de Lucas Doolin, le contrebandier pris en tenaille entre les douaniers fédéraux (Revenuers) et un redoutable gangster (Jacques Aubuchon) qui veut monopoliser le trafic de Moonshine. Son fils, James Mitchum, joue également dans le film, où il incarne le jeune frère et mécanicien de Mitchum.

La chanson du film, devenu culte dans les États du Sud des États-Unis, La ballade de Thunder road, fut également un succès discographique, interprétée par Mitchum en personne (alors que dans le film elle est chantée d'une façon plus suave par le chanteur de country Randy Sparks (en)).

Vie privée

Robert Mitchum se marie avec Dorothy le , dans la cuisine d'un pasteur.

Une légende raconte que Mitchum et sa femme sont ceux qui, au lendemain d'une soirée dans un club du Missouri, ont recommandé un chanteur méconnu et amateur de rock 'n' roll au Colonel Parker. Ce dernier deviendra alors l'impresario exclusif du chanteur, un certain Elvis Presley, lequel figurera parmi les plus fidèles amis du couple.

Mort

Robert Mitchum meurt le à Santa Barbara (Californie) des suites d'un cancer du poumon. Son épouse Dorothy meurt en 2014.

Personnalité

Dans les années 1950, lors de la chasse aux communistes animée par le sénateur Joseph McCarthy, Robert Mitchum est convoqué devant la commission d'enquête, ayant des amis communistes. Cependant, au contraire de nombreuses vedettes d'Hollywood qui donnèrent des noms de communistes avérés ou supposés, ou fuirent les États-Unis comme Charlie Chaplin, Mitchum se contenta de dévisager les membres de la commission, puis leur dit, avant de sortir de la salle :

« J'ai très peu de principes dans la vie, mais il y en a un auquel je tiens et c'est de ne jamais parler longtemps à des gens avec qui je n'aurais pas envie de prendre un verre. Et derrière votre comptoir d'épicerie, je ne vois personne avec qui j'ai envie de prendre un verre. Alors, messieurs, vous m'avez vu, vous m'avez entendu, vous savez où j'habite, au revoir. »

Filmographie partielle

Années 1940

  • 1943 : Et la vie continue de Clarence Brown
  • 1943 : Hoppy Serves a Writ de George Archainbaud
  • 1943 : Convoi vers la Russie (Action in the North Atlantic) de Lloyd Bacon
  • 1943 : Gung Ho! de Ray Enright
  • 1943 : Riders of the Deadline, de Lesley Selander : Nick Drago
  • 1943 : Cry 'Havoc' de Richard Thorpe
  • 1943 : Maîtres de ballet (The Dancing Masters) de Malcolm St. Clair
  • 1944 : Surprise-partie (en) (Johnny Doesn't Live Here Any More) de Joe May
  • 1944 : L'Étrange mariage (en) (When Strangers Marry) de William Castle
  • 1944 : Trente secondes sur Tokyo (Thirty Seconds Over Tokyo)
  • 1945 : Les Forçats de la gloire (The Story of G.I. Joe), de William A. Wellman
  • 1945 : A l'ouest du Pecos (en) (West of the Pecos), d'Edward Killy
  • 1946 : Jusqu'à la fin des temps (Till the End of Time) de Edward Dmytryk
  • 1946 : Lame de fond (Undercurrent) de Vincente Minnelli
  • 1946 : Le Médaillon (The Locket) de John Brahm
  • 1947 : La Vallée de la peur (Pursued) de Raoul Walsh
  • 1947 : Feux croisés (Crossfire) de Edward Dmytryk
  • 1947 : La Femme de l'autre (Desire me) de Mervyn LeRoy
  • 1947 : La Griffe du passé (Out of the Past), de Jacques Tourneur
  • 1948 : Rachel and the Stranger de Norman Foster
  • 1948 : Ciel rouge (Blood on the Moon) de Robert Wise
  • 1949 : Le Poney rouge (The Red Pony) de Lewis Milestone
  • 1949 : Ça commence à Vera Cruz (The Big Steal) de Don Siegel
  • 1949 : Mariage compliqué (Holiday Affair) de Don Hartman

Années 1950

  • 1950 : Voyage sans retour (Where Danger Lives) de John Farrow
  • 1951 : Mon passé défendu (My Forbidden Past) de Robert Stevenson
  • 1951 : Fini de rire (His Kind of Woman) de John Farrow
  • 1951 : The Racket de John Cromwell
  • 1952 : Le Paradis des mauvais garçons (Macao) de Josef von Sternberg
  • 1952 : Une minute avant l'heure (One Minute to Zero) de Tay Garnett
  • 1952 : Les Indomptables (The Lusty Men) de Nicholas Ray
  • 1952 : Un si doux visage (Angel Face) d'Otto Preminger
  • 1953 : La Sorcière blanche (White Witch Doctor) de Henry Hathaway
  • 1953 : Passion sous les tropiques (Second chance) de Rudolph Maté
  • 1954 : Belle mais dangereuse (She Couldn't Say No) de Lloyd Bacon
  • 1954 : La Rivière sans retour (River of No Return) d'Otto Preminger
  • 1954 : Track of the Cat de William A. Wellman
  • 1955 : Pour que vivent les hommes (Not as a Stranger) de Stanley Kramer
  • 1955 : La Nuit du chasseur (The Night of the Hunter) de Charles Laughton
  • 1955 : L'Homme au fusil (Man with the Gun) de Richard Wilson
  • 1956 : L'Énigmatique Monsieur D (Foreign Intrigue) de Sheldon Reynolds
  • 1956 : Bandido caballero (Bandido) de Richard Fleischer
  • 1957 : Dieu seul le sait (Heaven Knows Mr. Allison) de John Huston
  • 1957 : L'Enfer des tropiques (Fire Down Below) de Robert Parrish
  • 1957 : Torpilles sous l'Atlantique (The Enemy Below) de Dick Powell
  • 1958 : Thunder Road de Arthur Ripley
  • 1958 : Flammes sur l'Asie (The Hunters) de Dick Powell
  • 1959 : Trahison à Athènes (The Angry Hills) de Robert Aldrich
  • 1959 : L'Aventurier du Rio Grande (The Wonderful Country) de Robert Parrish

Années 1960

  • 1960 : Celui par qui le scandale arrive (Home from the hill) de Vincente Minnelli
  • 1960 : Les Combattants de la nuit (en) (A Terrible Beauty ou The Night Fighters) de Tay Garnett
  • 1960 : Horizons sans frontières (The Sundowners) de Fred Zinnemann
  • 1960 : Ailleurs l'herbe est plus verte de Stanley Donen
  • 1961 : La dernière fois que j'ai vu Archie (en) (The Last Time I Saw Archie) de Jack Webb
  • 1962 : Les Nerfs à vif (Cape Fear) de Jack Lee Thompson
  • 1962 : Le Jour le plus long (The Longest Day)
  • 1962 : Deux sur la balançoire (Two for the Seesaw) de Robert Wise
  • 1963 : Le Dernier de la liste (The List of Adrian Messenger) de John Huston : caméo
  • 1963 : Massacre pour un fauve (Rampage) de Phil Karlson
  • 1963 : L'Affaire Winstone (en) (Man in the Middle) de Guy Hamilton
  • 1964 : Madame Croque-maris (What a Way to Go !) de J. Lee Thompson
  • 1965 : Mister Moses (en) de Ronald Neame
  • 1966 : El Dorado de Howard Hawks
  • 1967 : La Route de l'Ouest (The Way West) d'Andrew V. McLaglen
  • 1968 : Pancho Villa (Villa Rides) de Buzz Kulik
  • 1968 : La Bataille pour Anzio (Lo Sbarco di Anziode) Edward Dmytryk
  • 1968 : Cinq Cartes à abattre (5 Card Stud) de Henry Hathaway
  • 1968 : Cérémonie secrète (Secret Ceremony) de Joseph Losey
  • 1969 : La Vengeance du Shérif (Young Billy Young) de Burt Kennedy
  • 1969 : Un homme fait la loi (The Good Guys and the Bad Guys) de Burt Kennedy

Années 1970

  • 1970 : La Fille de Ryan de David Lean
  • 1971 : L'Affrontement (Going Home) de Herbert B. Leonard
  • 1972 : La Colère de Dieu (The Wrath of God) de Ralph Nelson
  • 1973 : Les Copains d'Eddie Coyle (The Friends of Eddie Coyle) de Peter Yates
  • 1974 : Yakuza (The Yakuza) de Sydney Pollack
  • 1975 : Adieu ma jolie (Farewell, my Lovely) de Dick Richards
  • 1976 : La Bataille de Midway (Midway) de Jack Smight
  • 1976 : Le Dernier Nabab (The Last Tycoon) d'Elia Kazan
  • 1977 : De la neige sur les tulipes (The Amsterdam Kill) de Robert Clouse
  • 1978 : Le Grand Sommeil (The Big Sleep) de Michael Winner
  • 1978 : Matilda de Daniel Mann
  • 1979 : La Percée d'Avranches (Sergeant Steiner) d'Andrew V. McLaglen

Années 1980

  • 1980 : Les Espions dans la ville (en) (Agency) de George Kaczender
  • 1980 : Nightkill de Ted Post
  • 1982 : En quête d'indices (One Shoe Makes It Murder) (TV)
  • 1982 : That Championship Season (en) de Jason Miller
  • 1983 : Le Souffle de la guerre (The Winds of War) (feuilleton TV)
  • 1983 : Le crime dans le sang (en) (The Family Tree) (TV)
  • 1984 : L'Ambassadeur: Chantage en Israël (The Ambassador) de J. Lee Thompson
  • 1984 : Maria's Lovers de Andreï Kontchalovski
  • 1985 : Rendez-vous à Fairboroug (Reunion at Fairborough) de Herbert Wise
  • 1985 : Palmer, père et fils (en) (Promises to Keep) de Noel Black
  • 1985 : Nord et Sud (North and South) (TV)
  • 1985 : Equalizer (série télévisée)
  • 1988 : Mr. North de Danny Huston
  • 1988 : Fantômes en fête (Scrooged) de Richard Donner
  • 1988 - 1989 : Les Orages de la Guerre (série télévisée)
  • 1989 : La Confrérie de la rose (Brotherhood of the Rose) (TV)
  • 1989 : Jake Spanner, Private Eye de Lee H. Katzin (TV)

Années 1990

  • 1990 : Papy Joe (en) (A Family for Joe) (TV)
  • 1990 : Présumé dangereux de Georges Lautner
  • 1990 : Midnight Ride (en) de Bob Bralver
  • 1991 : Les Nerfs à vif (Cape Fear) de Martin Scorsese
  • 1992 : African Skies (en) (série télévisée)
  • 1992 : Les Sept Péchés capitaux de Beatriz Flores
  • 1993 : Tombstone de George Pan Cosmatos (voix)
  • 1993 : Woman of Desire (en)
  • 1995 : Backfire ! d'A. Dean Bell (en)
  • 1995 : Pakten (en) de Leidulv Risan (en)
  • 1995 : Dead Man de Jim Jarmusch
  • 1997 : James Dean: Race with Destiny de Mardi Rustam (en) (TV)

Voix françaises

Roger Tréville a été la première voix française régulière de Robert Mitchum. À partir de 1970, ce fut au tour de Jean-Claude Michel de doubler principalement Mitchum. Il y eut d'autres comédiens comme Claude Bertrand, André Valmy ou encore Raymond Loyer ayant doublé l'acteur américain de manières plus occasionnelles.

Discographie

Robert Mitchum a sorti sous son nom un disque de chansons de calypso, Calypso is like so, où il reprend notamment la célèbre Matilda déjà chantée par Harry Belafonte. Une curiosité musicale où l'acteur chante avec l'accent local. L'album date de 1957 et 1958 et a été réédité en 1995 chez Capitol Records.

En 1958, il a aussi enregistré un 45 tours (My honey's loving arms/The Ballad of thunder road), puis, en 1967, un album d'orientation country intitulé That man, dans lequel il interprète une nouvelle version de The Ballad of thunder road ainsi qu'une version de Sunny.

Ces enregistrements ont également été réédités en CD dans les années 1990.

Distinctions

Récompenses

  • 1994 : Cecil B. DeMille Award.

Nominations

  • 1946 : nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Les Forçats de la gloire.

Dans la culture populaire

  • Robert Mitchum est mentionné dans le livre de Pierre Desproges, Chroniques de la haine ordinaire - Volume 1, « Mitchum ».
  • L'auteur de bande dessinée Blutch a publié cinq courts volumes intitulés Mitchum. Dans le numéro 3, l'acteur est le héros du récit.
  • Le film d'Olivier Babinet et de Fred Kihn, Robert Mitchum est mort (2010) — bien que ne parlant pas directement de Robert Mitchum.
  • Robert Mitchum est aussi mentionné dans la chanson New Age, de l'album Loaded du groupe The Velvet Underground, avec les paroles « And when you kissed Robert Mitchum; Gee, but I thought you'd never catch him » (littéralement : « Et quand tu embrassais Robert Mitchum, ça alors, mais j'ai pensé que tu ne l'attraperais jamais »).
  • Dans « Coups de feu à New York », un album de la série L'Inspecteur Bayard, la tête du personnages du chef du NYPD est inspirée de Robert Mitchum.
  • Le groupe français Svinkels le cite dans la chanson Tapis Rouge, dans l'album du même nom.
  • Le groupe français Dionysos le cite dans sa chanson Don Diego 2000, issue de l'album Western sous la neige (2002) avec les paroles « Quand il sera vieux et qu'il ressemblera à Robert Mitchum, et que comme lui il nous clamera pas de soucis ».

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Mike Tomkies, Robert Mitchum Story: "It Sure Beats Working", W.H. Allen / Virgin Books, 1972, 271 p. (ISBN 978-0-49100-962-1) [présentation en ligne]
  • (en) John Mitchum, John Stanley (éditeur), Them Ornery Mitchum Boys: The Adventures of Robert and John Mitchum, Creatures at Large Press, 1988, 378 p. (ISBN 978-0-94006-407-2) [présentation en ligne]
  • (en) James Olson et Randy Roberts, John Wayne: American, University of Nebraska Press, 1997, 762 p. (ISBN 978-0-80328-970-3) [présentation en ligne]
  • (en) Jerry Roberts, Mitchum - In His Own Words, Limelight Editions, 2000, 255 p. (ISBN 978-0-87910-292-0) [présentation en ligne]
  • (en) Lee Server, Robert Mitchum: "Baby I Don't Care", St. Martin's Griffin Press, 2001 (réédition en 2002), 608 p. (ISBN 978-0-31228-543-2) [présentation en ligne]
  • (en) Sam O'Steen et Bobbie O'Steen, Cut to the Chase: Forty-Five Years of Editing America's Favorite Movies, Michael Wiese Productions, 2002, 300 p. (ISBN 978-1-55862-449-8) [présentation en ligne]
  • (en) Robert Osborne (Préface), Turner Classic Movies (Auteur), Molly Haskell (Introduction), Leading Men: The 50 Most Unforgettable Actors of the Studio Era, Chronicle Books, 2006, 240 p. (ISBN 978-0-81185-467-2) [présentation en ligne]

Liens externes

  • (en) Robert Mitchum sur l’Internet Movie Database
  • Portail du cinéma américain
  • Portail du western
  • Portail de la télévision

Termes associés

FilmWestern

DVD

Afficher "Rivière sans retour"Afficher "Dead man - N&B"