Infos

Médiathèque Municipale de Corbas

Fermé. Réouverture Mardi à 15:30

5 avenue de Corbetta
69960 Corbas

04.72.51.45.55

Boby Lapointe

 

Robert Lapointe, dit Boby Lapointe, est un auteur-compositeur-interprète français, né le à Pézenas (Hérault) où il est mort le .

Il est surtout connu pour ses chansons parsemées de calembours, de contrepèteries, d'allitérations et de paronomases.

Biographie

Enfance et études

Après avoir obtenu son baccalauréat, il commence à préparer au lycée de Montpellier le concours d'entrée à deux grandes écoles françaises : l'École centrale et Supaéro pour assouvir sa passion de l'aviation et des maths. Louis Leprince-Ringuet, à qui Boby Lapointe présenta un traité de mathématiques, fut impressionné par sa rigueur de raisonnement et lui confia qu'il aurait pu se lancer dans la recherche,. Il créa par la suite un mode de représentation graphique et phonétique des nombres binaires ou hexadécimaux, appelé la numération Bibi.

La guerre

À l'âge de 20 ans, il doit abandonner ses études et est envoyé à Linz, en Autriche, en 1943 au titre du STO. Il s'évade la même année et rejoint, en mai 1944, sa région natale après sept mois d'errance sous différents noms d'emprunt. Une anecdote veut que parmi eux, il ait utilisé le nom de Robert Foulcan. Sa grande stature et sa force physique lui permettent de devenir scaphandrier au port de La Ciotat, essentiellement pour échapper aux recherches dont il est l'objet par les Allemands et la milice locale.

Son amour des mots et son envie d'écrire le poussent, à partir de ce moment, à composer des chansons dont le style est très marginal, tout en calembours, jeux de mots et contrepèteries : un style trop intellectuel pour qu'on lui donne facilement sa chance. Il rédige également un recueil de poésies et un traité sur les calembours [réf. nécessaire]. Il cherche des interprètes pour ses chansons, mais son style rebute : lors d'un gala de la chanson à Juan-les-Pins, les Frères Jacques qu'il y rencontre déclinent sa proposition, un peu effrayés par la complexité des textes truffés de jeux d'esprit.

Débuts et succès

En 1946, il épouse Colette Maclaud, avec qui il aura deux enfants, Ticha et Jacky. Ils quittent La Ciotat et la famille s'installe à Paris, où il ouvre un commerce de layette. L'affaire ne marche pas et il est contraint de fermer son commerce. Dans la foulée, le couple divorce et Lapointe change de métier pour devenir installateur d'antennes de télévision, sans arrêter l'écriture.

C'est en 1954 qu'il débute officiellement sa carrière musicale : l'acteur Bourvil et le réalisateur Gilles Grangier choisissent une de ses chansons (Aragon et Castille) pour un passage musical où Bourvil chante, dans le film Poisson d'avril. Étienne Lorin, l'accordéoniste de Bourvil, est en effet devenu l'ami de Lapointe et a suggéré cette chanson à Bourvil. Bien que le film comme la chanson ne connaissent pas de succès, Lapointe est enfin introduit dans le milieu parisien.

Il fait ses grands débuts en tant que chanteur dans un cabaret parisien, Le Cheval d'Or. Il y croise Anne Sylvestre, Raymond Devos, Ricet Barrier et Georges Brassens, avec qui naît une sympathie réciproque. Lapointe est remarqué non seulement pour sa présence physique (sa taille et son aspect athlétique n'y sont pas étrangers, de même que ses airs faussement bourrus), mais aussi pour son élocution aléatoire et son style de textes tout en jeux de mots. Il devient ainsi l'attraction principale du cabaret et attire l'attention du réalisateur François Truffaut. Ce dernier imagine de lui faire jouer le rôle du chanteur de bar dans son nouveau film Tirez sur le pianiste, avec Charles Aznavour dans le rôle du pianiste. Truffaut juge utile, vu le rythme des calembours, de faire sous-titrer la séquence du chant. Boby Lapointe devient pour la presse « le chanteur français sous-titré ». Les chansons choisies sont Framboise et Marcelle. Lapointe rencontre Philippe Weil sur le tournage. Celui-ci l'engage dans un autre cabaret parisien, Les Trois Baudets. En 1960 et 1961, Lapointe y enregistre deux disques avec notamment les chansons Marcelle, Le Poisson fa, Bobo Léon et Aragon et Castille, qui rencontrent enfin le succès.

Les compositions suivantes ne démentent pas ce succès : L'Hélicon, Ta Katie t'a quitté, Saucisson de cheval, Comprend qui peut, Méli-mélodie, Le Tube de toilette, La Maman des poissons… Boby Lapointe devient un invité récurrent de l'émission Les Raisins verts de Jean-Christophe Averty, pour laquelle il ira jusqu'à interpréter une chanson qui n'est pas à son répertoire habituel, Si j'avais un marteau, en maniant une faucille d'un air entendu.

Les années difficiles

Dans les années 1960, Lapointe et Brassens enchaînent les tournées et les récitals. Mais son côté fantasque lui fait commettre des erreurs. Quand il ouvre un café concert, Le Cadran Bleu, la faillite survient rapidement. Brassens le secourt en épongeant une partie des dettes et l'aide à trouver des petits boulots pour vivre. Le directeur des programmes d'Europe 1, Lucien Morisse, intervient pour qu'il signe un contrat. Mais la période yéyé a commencé et le style musical de fanfare, sur lequel toutes les chansons de Lapointe sont fondées, ne fait plus autant recette, ni sur les ondes ni dans les bacs.

En 1968, il invente le système bibi-binaire, système de numération qui préfigure une voie que suivra l'évolution de l'informatique. Ce système sera publié en 1970 dans le livre Les Cerveaux non humains, introduction à l'Informatique (S.G.P.P.), de Jean-Claude Quiniou, Jean-Marc Font, Gérard Verroust, Philippe et Claudine Marenco.

Il continue à chanter toutefois, et sa dernière apparition en public a lieu en première partie d'un concert de son ami et admirateur Pierre Perret à la salle Bobino à Paris.

À partir de la fin des années 1960, Boby Lapointe va reprendre sa carrière au cinéma et tourne avec le réalisateur Claude Sautet Max et les ferrailleurs et Les Choses de la vie, dont il incarne le chauffeur de la camionnette fatale. Il enchaîne ensuite l'interprétation d'autres personnages secondaires dans plusieurs autres films, d'autres réalisateurs. Dans le même temps, Joe Dassin pousse Lapointe à signer un nouveau contrat chez Fontana/Philips tout en devenant son producteur. Lapointe part en tournée pour promouvoir son dernier album, Comprend qui peut sous la houlette de Dassin. L'album est illustré par un portrait du chanteur réalisé par le peintre naïf Maurice Ghiglion-Green. Ce portrait deviendra d'ailleurs quelques années plus tard l'icône de Lapointe, en pull marin et le nez dans les pâquerettes.

Son ami comédien Pierre Étaix, qui commençait à avoir du succès au cinéma avec son personnage de clown Yoyo, dès 1965, mais qui avait aussi des hauts et des bas dans sa carrière de comédien, avait mesuré le potentiel de comédien comique ou dramatique chez Boby Lapointe, et il envisageait de réaliser plusieurs films ou projets avec lui, mais Boby Lapointe n'aura pas le temps de concrétiser les projets.

Les dernières années

Sculptures en hommage à Boby Lapointe devant la mairie et sur le cours Jean-Jaurès de Pézenas, ville natale de Boby Lapointe.

Sa dernière apparition à la télévision remonte à l'été 1971, où il participa à l'émission de Jean-Christophe Averty La Lanterne magique, aux côtés de la chanteuse Dani, avec Michel Fugain, l'acteur Claude Piéplu et d'autres célébrités de l'époque.

Atteint d'un cancer du pancréas, Boby Lapointe meurt à 50 ans, en 1972, à Pézenas où il est enterré. Il a enregistré une cinquantaine de chansons.

Œuvres

La discographie originale de Boby Lapointe est consultable sur le site "Boby Lapointe". Ces enregistrements ont fait l'objet d'une réédition sous coffret. Quatre CD sont édités chez Polygram.

  • Intégrale des textes (Domens, 1994)
  • Partitions : intégrale (Musicum, 1975)

Sur CD

  • Comprend qui peut
  • Boby Lapointe Mes 50 plus belles chansons
  • 1994 : Boby Lapointe en public
  • 1998 : L'Intégrale des Enregistrements
  • 2001 : Au pays de…
  • 2002 : Boby Lapointe
  • 2006 : Gold
  • 2007 : Avanie et Framboise
  • 2007 : Le Best of

Acteur

 Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de l'Internet Movie Database.

  • 1960 : Tirez sur le pianiste de François Truffaut : le chanteur
  • 1960 : Rue de la Gaîté (TV) : lui-même
  • 1964 : Le Commandant Watrin de Jacques Rutman d'après le roman éponyme d'Armand Lanoux (téléfilm)
  • 1969 : Qu'est-ce qui fait courir les crocodiles ? de Jacques Poitrenaud : Honoré
  • 1970 : L'Ardoise de Claude Bernard-Aubert : le fermier
  • 1970 : Les Choses de la vie de Claude Sautet : le conducteur de la bétaillère
  • 1970 : Chapagua, de Giancarlo Romitelli : Chapagua
  • 1971 : Max et les Ferrailleurs de Claude Sautet : P'tit Lu
  • 1971 : Les Assassins de l'ordre de Marcel Carné : Louis Casso, un cafetier, témoin
  • 1971 : Rendez-vous à Bray d'André Delvaux : l'aubergiste
  • 1971 : La Veuve Couderc de Pierre Granier-Deferre d'après le roman éponyme de Georges Simenon : Désiré

Télévision

En 2008 sort le DVD, compilation de ses chansons et interviews. Il contient entre autres un reportage à son sujet.

Le contenu du dvd :

Liste des chansons


 ___
 Note : Les paroles et la musique de la chanson Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant qu'il chante en duo avec Anne Sylvestre sont de cette dernière. © 1969 Alleluia.

Mathématiques : le système Bibi-binaire

Féru de mathématiques, Boby Lapointe crée un système de numérotation en base 16, permettant de convertir des nombres en lettres. Le brevet est déposé le 28 mars 1968 au ministère de l'Industrie, puis délivré par arrêté l'année suivante, dans le Bulletin officiel de la propriété industrielle. En 2012, le médiateur scientifique Nicolas Graner déclare à Sciences et Avenir :

« Le principe de base du Bibi, la numération hexadécimale, dont Boby n'est évidemment pas l'inventeur, est employée partout et tout le temps depuis la généralisation de l'informatique, mais les seize chiffres s'appellent bêtement 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, A, B, C, D, E, F. Mais il y a une façon et une seule d'exprimer chaque nombre entier positif en Bibi, donc mathématiquement, c'est cohérent. »

Hommages

Citations

« Ce satané Boby Lapointe, depuis qu'il a tourné le coin, à Pézenas comme à Paris ses copains et admirateurs ont du mal à s'y habituer. En ce qui me concerne, les soirs où son amitié et sa bonhomie me manquent un peu, je fais comme si rien n'était, j'écoute ses chansons pour qu'il continue à vivre, le bougre, et il continue. Mon vieux Boby, putain de moine et de Piscénois, fais croire à qui tu veux que tu es mort ; avec nous les copains ça ne prend pas. »

— Georges Brassens

« Un jour, lors d'un enregistrement public, qu'est-ce que je vois sur le trottoir : un homme qui flanquait des coups de pieds rageurs à sa voiture : « Bon ! puisque c'est comme ça, puisque tu te conduis mal, je ne te paierai plus d'essence ! » Je me suis approché, je me suis enquis de la personnalité du quidam. C'était Boby Lapointe. »

— Jacques Martin

« Autour des années 60-65, nous faisions tous deux partie d'une tournée de Georges Brassens. Nous voyagions par deux ou trois dans des voitures particulières ; je partageais celle de Pierre Nicolas, le bassiste de Georges, et nous avions souvent des difficultés d'itinéraire. Nous nous arrêtions pour consulter la carte. J'affirme qu'après avoir pourtant constaté que nous étions sur la bonne route, dans la bonne direction, il nous est arrivé à plusieurs reprises de voir surgir en sens inverse la voiture de Boby qui nous saluait par le toit ouvrant, en continuant sa route. Inutile de dire que nous étions inquiets le soir à l'étape de savoir s'il serait à l'heure pour le spectacle. Il était là, gaillard, serein, arrivé avant nous, mais toujours secret sur ses mystérieux itinéraires.[réf. nécessaire] »

— Pierre Maguelon

Reprises de ses chansons

Albums

En 1992, le jazzman suisse René Bottlang, accompagné de Jean Querlier (saxophone et clarinette) et Phil Minton (voix), créent un festival de jazz « Bleus d'Automne » à Pézenas, le 27 octobre 1992 pour le 70e anniversaire du chanteur. Deux ans plus tard, ils interprètent huit chansons de son répertoire dans l'album Round About Boby, décrit comme « un jazz très personnel » qui « sait mélanger loufoquerie et rigueur ». Cet album sera réédité par Frémeaux & Associés en 2001.

Le groupe vocal a cappella Les Grandes Gueules sort en 2000 un album intitulé Boby Groove, où apparaissent 13 chansons de Boby Lapointe, revisités avec parfois de grandes libertés musicales par rapport aux versions originales. Ce disque a donné suite à un spectacle joué sur scène pendant les années 2000 et 2010.

En 2002, un album de reprises intitulé Boby Tutti-Frutti - L'hommage délicieux à Boby Lapointe sort au label Mercury, avec des chansons interprétées par différents artistes ou groupes de musique.

En 2012 , le pianiste de jazz Jean-Marie Machado invite André Minvielle pour un album hommage à Boby Lapointe qui s'intitule La Fête à Boby. L'album sort le 11 octobre sur le label Bee Jazz. L'album comprend des grands succès de Boby Lapointe repris et ré-arrangés, mais aussi des compositions originales de Jean-Marie Machado et André Minvielle inspirées par l'univers de Boby Lapointe.

Détails

Chansons

Le groupe Les Croquants dont la spécialité est de reprendre des standards de la chanson française, interprète trois chansons de Boby Lapointe :

  • 2001 : Sentimental bourreau (album Ça sent la bière)
  • 2004 : Ta Katie t'a quitté (album Reprisé)
  • 2014 : Ça va ça vient (album Au Grand Café)

Merlot a repris :

  • 2008 : Ça va ça vient (album Chansons d’amour... et de haine)

Dans la culture

Cinéma et télévision

Certaines chansons de Boby Lapointe sont présentes dans les œuvres suivantes :

  • Aragon et Castille
    • 1954 : Poisson d'avril de Gilles Grangier
    • 1960 : Rue de la Gaîté (TV)
  • Avanie et Framboise
  • T'as pas tout dit
    • 1994 : Priez pour nous de Jean-Pierre Vergne
  • La Maman des poissons
    • 2008 : Bouquet final de Michel Delgado
  • J'ai Fantaisie / Ça va, ça vient / Mon père et ses verres
    • 2016 : Et ta sœur de Marion Vernoux
  • Ta Katie t'a quitté
    • 2018 : Plan cœur de Noémie Saglio et Julien Teisseire

Musique

En 2002, Renaud le cite dans sa chanson Mon bistrot préféré de l'album Boucan d'enfer ;

« Dewaere est là aussi, dans un coin, et il trinque
Avec Bernard Dimey, avec Boby Lapointe »

L'A-Musée

L'A-Musée Boby Lapointe est un musée géré par l'association des amis de Boby Lapointe dans la ville de Boby à Pézenas. On y retrouve une exposition permanente d'objets de l'artiste, sa discographie ainsi que des panneaux biographiques.

Astronomie

En 1997, un astéroïde de la ceinture principale est découvert ; il fut nommé (27968) Bobylapointe en son honneur.

Festival

En 2000, son fils Jacky Lapointe crée le festival de musique intitulé Printival Boby Lapointe. Il reçoit chaque année des interprètes qui font preuve d'originalité dans le développement d'un univers personnel.

Littérature

Les paroles, légèrement modifiées, du refrain de la chanson Aragon et Castille sont citées dans la bande dessinée QRN sur Bretzelburg de Franquin et Greg (page 5).

Théâtre

En 2010, Boby Lapointe est cité dans la pièce Le Prénom, de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, lorsque l'un des personnages dit : « Arrête de jouer au con. Tu sais bien que c'est pas des prénoms normaux quand même. Apollin et Myrtille. On dirait une chanson de Boby Lapointe ! ».

En 2016, des chansons et textes de Boby Lapointe sont reprises et mises en scène dans un spectacle de théâtre hommage intitulé Le Tic-tac d'amour.

Bibliographie

  • Huguette Long-Lapointe, Boby Lapointe, Encre éditions, , 191 p. (ISBN 978-2864180913).
  • Jacques Donzel, Boby Lapointe, éditions Seghers, , 192 p. (ISBN 978-2221011652).
  • Alain Poulanges et Janine Marc-Pezet, Boby Lapointe, éditions du May, , 92 p. (ISBN 978-2841020140).
  • Jacques Perciot, Boby Lapointe, éditions Denoël, , 249 p. (ISBN 978-2207253755).
  • Boby Lapointe (ill. Albert Leman), Le Boby Lapointe, éditions Mango, , 38 p. (ISBN 978-2740408315).
  • Boby Lapointe : l'intégrale de l'inoubliable (partitions), éditions Carisch Musicom, , 92 p. (ISBN 978-8882914677).
  • Boby Lapointe (ill. Fabrice Turrier), La Maman des poissons, éditions Didier Jeunesse, , 18 p. (ISBN 978-2278049424).
  • Boby Lapointe (préf. Sam Olivier), Chansonbricole : L'intégrale et quelques bricoles de plus, éditions Christian Pirot, , 263 p. (ISBN 978-2868082176).
  • Sam Olivier et Christophe Renault, Chansons de Boby Lapointe en bandes dessinées, éditions Petit à Petit, , 93 p. (ISBN 978-2849490730).
  • Alain Poulanges, Boby Lapointe ou les mamelles du destin, éditions de l'Archipel, , 240 p. (ISBN 978-2809807110).
  • Boby Lapointe et Chloé Radiguet, C'est bon pour c'que t'as, éditions Le Cherche midi, , 280 p. (ISBN 978-2749124391).
  • Boby Lapointe et Rémi Cierco, Boby Lapointe pour les enfants, Formulette Production, , 27 p. (ISBN 978-2362561160).

Références

Liens externes

  • Site officiel
  • Boby Lapointe sur le site de l'Institut national de l'audiovisuel (INA)
  • Vidéo : Boby Lapointe en 1967, il chante Saucisson de cheval, une archive de la Télévision suisse romande
  • Portail de la musique
  • Portail de l’humour
  • Portail des mathématiques
  • Portail de l’Hérault

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Boby Lapointe de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste